SOCIETE 
A la Une

AFFAIRE DIEYNA BALDÉ : Le juge refuse la liberté provisoire à “Diop-ISEG”

Dans le cadre du plan national de riposte contre le Covid-19, le président de la République, Macky Sall avait récemment pris l’option d’accorder la grâce à plus de deux mille prisonniers pour désengorger les prisons. Cette mesure ne pouvait cependant profiter aux détenus dont la procédure judiciaire est en cours. C’est le cas du célèbre président directeur général (PDG) du groupe “Institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion” (ISEG/UNIDAF), Mamadou Diop, inculpé pour “détournement et corruption de mineur”, entre autres délits. Diop/ISEG, comme il est autrement appelé, pourrait toutefois bénéficier d’une liberté provisoire, en attendant son procès. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il a instruit ses avocats, Me Alassane Cissé et consorts, à introduire une demande dans ce sens.

Mais, selon Libération online, le juge du huitième cabinet a rejeté la demande de mise en liberté provisoire déposée par la défense de Mamadou Diop. En conséquence, Mamadou Diop reste en prison même si, selon les mêmes sources, il aurait reconnu la paternité du fils de Dieynabou Baldé, né le 4 avril dernier. Une information qui en contredit une autre, révélée au lendemain de la naissance du bébé. Selon cette dernière information, la Mamadou Diop qui continue de nier la paternité de cet enfant, serait prêt à subir des tests ADN.

Accusé de viol, incitation à la débaucherefus de paternité et détournement de mineur entre autres chefs, Mamadou Diop a été placé sous mandat de début pour “détournement de mineure, pédophilie et corruption de mineure”. Son dossier est entre les mains du juge Mamadou Seck, juge du 8ème cabinet.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer