SOCIETE 
A la Une

ABSENCE OU DISPARITION : Le dernier mot reviendrait-il à Diary Sow ?

Deux semaines. C’est le temps qui s’est écoulé entre l’absence de Diary Sow et aujourd’hui où de plus en plus, l’hypothèse d’une fugue est défendue par certaines sources. Faut-il vraiment ruiner cette hypothèse, catégoriquement comme le font certains proches de la jeune étudiante ? Pour Dakarpresse, si fugue il y a, Diary Sow a bien planifié sa mise en scène. Si tant est qu’elle a délibérément organiser son absence, comme le soutiennent certaines sources de l’enquête, son “crime” cependant, ne fait pas exception à la règle générale. Il n’est pas parfait.

Le 16 janvier dernier, nos confrères de Jeune Afrique évoquait déjà dans un article, l’hypothèse d’une fugue de Diary Sow. Un papier qui n’avait pas manqué de heurter certaines sensibilités en ces périodes d’angoisse et d’incertitudes chez les parents et amis de la fille. Chez sa maman surtout. La veille pourtant, au Sénégal, notre confrère Mamoudou Ibra Kane dans sa chronique hebdomadaire intitulée “La Chronique de MIK” évoquait la possibilité d’une absence planifiée par Diary elle même à travers une pertinente interrogation de savoir si “cette ‘disparition’ en est vraiment une”.

Ce lundi, dans une contribution dédiée à “l’affaire”, Madiambal Diagne bâtit une forte thèse sur la possible disparition “voulue” de Diary Sow.

Ce même lundi, nos confrères de Jeune Afrique reviennent à la charge à travers un titre plutôt péremptoire : “Affaire Diary Sow : la piste de la fugue confirmée par les enquêteurs français”.

L’affaire Diary Sow n’en est donc pas une. Du moins moins si l’on en croit la version online de JA qui cite des sources écartant l’hypothèse criminelle.

L’une exclut l’autre

Si Diary Sow n’est pas entre les mains de ravisseurs, c’est qu’elle serait quelque part, en train sans doute de méditer sur la suite ou la fin à donner à cet épisode d’un scénario assez rocambolesque.
La piste criminelle écartée, il ne reste plus à retenir l’hypothèse de la fugue. La thèse également bâtie par certains chroniqueurs des médias sénégalais est d’autant plus plausible que la demoiselle Diary Sow serait partie de sa résidence universitaire en emportant avec elle “tous ses effets personnels et vêtements”. Autre intrigue “Interrogés par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), plusieurs de ses camarades ont indiqué qu’elle leur avait fait part de son souhait de ne pas retourner en cours à la rentrée de janvier, et de « partir » – sans préciser où”, révèlent encore nos confrères de JA. Last but not least, les dernières recherches qu’elle a effectuées sur le net portent sur…”La légalité d’une disparition volontaire” en France. Le dernier mot, pourrait bien revenir à Diary Sow.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer