SOCIETE 
A la Une

AFFAIRE COUMBA KANE : Le piètre scénario d’un faux kidnapping

Coumba Kane semble avoir joué et perdu. Depuis trois jours, l’histoire de son kidnapping est sur toutes les lèvres et, personne ne semble donner du crédit à son récit. Retrouvée à Touba où elle habite, Coumba Kane a été transférée à Dakar où elle est depuis samedi dernier, interrogée par les enquêteurs de la section recherches de la gendarmerie de Colobane.
Selon le journal Libération qui en reparle ce lundi, la légende se confirme de plus en plus. Coumba Kane aurait, en effet, servi plusieurs versions les unes plus alambiquées et incohérentes que les autres. Selon des sources citées par nos confrères, les éléments de l’enquête établissent que la dame a préfabriqué son histoire. Déjà elle affirme avoir marché pendant deux jours pour rallier la ville sainte de Touba après avoir réussi à s’échapper à Linguère. L’autre bizarrerie notée par les enquêteurs qui n’ont décelé aucune tâche de poussière sur ses chaussures, est que Coumba Kane affirme que ses “ravisseurs” lui ont soutirés 80 000 francs CFA qu’elle gardait par devers elle au moment de son enlèvement. C’est du reste, la raison pour laquelle, elle a été “transportée en charrette, par une bonne volonté” après son évasion, avant sa longue…marche. Hélas, les enquêteurs ont malheureusement découvert sur elle des billets d’argent et, comme par enchantement, Coumba Kane était incapable d’expliquer la présence de tous ses petits billets qui suggèrent qu’elle a pris de sa propre initiative une voiture, à Dakar, pour se rendre dans sa ville d’origine pour des raisons insoupçonnées.
Coumba Kane, mariée et mère de deux enfants, aurait été enlevée le mercredi 15 janvier dernier alors qu’elle se rendait au marché. Ses “ravisseurs” auraient ensuite réussi la prouesse d’appeler son mari pour lui demander une rançon. La nouvelle a fait le tour du monde et la gendarmerie s’est saisie de l’affaire qui aujourd’hui, commence à révéler tous ses secrets.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer