SOCIETE 
A la Une

AFFAIRE ADJI SARR/SONKO : Me El Hadj Diouf cite le fils de Cheikh Yérim Seck

Faisant référence à une autre affaire de viol, Me El Hadj Diouf compare les deux cas et en tire une « jurisprudence ». Il dit : « Le fils de Cheikh Yérim Seck est actuellement en prison pour accusation de viol. En général, tous ceux qui sont accusés de viol sont placés sous mandat de dépôt mais Sonko, contre toute attente, a bénéficié d’une liberté provisoire, une faveur exceptionnelle. Il oublie l’avantage, la faveur qu’on lui a accordée alors qu’il devait aller en prison. Sonko défie le juge et viole l’obligation de signer tous les 15 jours le registre du contrôle judiciaire et quand on le viole, immédiatement on est envoyé en prison. Mais comme vous le savez l’ignorance transforme l’or en plomb ».

S’adressant aux partisans du président du Pastef, il dira que leur mentor ignore beaucoup de choses en matière de justice. « Votre dieu est nul. Le classement sans suite c’est au niveau du procureur et quand le dossier le dépasse et va chez le juge d’instruction on ne peut pas parler de classement sans suite. Mais dans le dossier d’Adji Sarr, on a dépassé le classement sans suite. Et en parlant de classement sans suite, Sonko étale son ignorance. C’est une coquille vide, il fait trop de de bruit », a encore expliqué l’avocat avant d’interpeller la justice sénégalaise. « Si Sonko n’est pas arrêté et emprisonné pour violation de l’obligation de signer le registre du contrôle judiciaire, que personne n’aille en prison. On ne peut pas continuer à envoyer les gens en prison pendant que quelqu’un viole la loi, viole le contrôle judiciaire, prend le micro, la télévision pour dire « je ne signe plus » il faut que la justice s’applique. Elle doit être respectée, il faut que force reste à la loi. Si la justice fait preuve de faiblesse, ce sera une faiblesse coupable et un précédent dangereux parce qu’au moment où je vous parle, Sonko devrait se retrouver à Rebeuss. Depuis que le juge s’est rendu compte qu’il ne signe plus, il aurait l’envoyer en prison. C’est la loi qui le dit. Il n’est pas libre de faire ce qu’il veut il doit faire ce que le juge lui demande de faire et s’il ne le fait pas, c’est la prison qui le reçoit », a-t-il tranché.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page