SOCIETE 
A la Une

À PEINE SORTI DE PRISON : Diop/ISEG porte plainte contre sa deuxième épouse

C’est un nouveau marathon judiciaire qui s’annonce pour le président directeur général de l’institut supérieur d’entrepreneurship et de gestion (ISEG). Mamadou Diop, récemment sorti de prison à la faveur d’une mise en liberté provisoire dans l’affaire qui l’oppose à Dieynabou Baldé, a décidé d’en découdre avec sa deuxième femme, Mme Diop Aïssatou Seydi, très célèbre au sein de l’ISEG qu’elle régente.

Alors que son époux était encore dans les liens de la détention, Mme Diop a en effet, servi une sommation à sa co-épouse (la première dame de Mamadou Diop) et sa belle-mère pour leur demander de sortir de la maison qu’elles occupent à Sacré-Coeur avec des enfants de Mamadou Diop. Selon ses prétentions, cette maison est sa propriété. L’affaire avait d’ailleurs engendré des querelles entre Aïssatou Seydi d’une part et la première femme de Mme Diop, moins connue. La fille de Diop/ISEG, Abiba qui vit également dans cette “maison de son père” s’en était mêlée.

Pour le patron de l’ISEG, Aïssatou Seydi a profité de son séjour en prison pour changer les titres de cette propriété immobilière en sa faveur. Ainsi, par le biais de son avocat Me Tall, Mamadou Diop a déposé une plainte contre Aïssatou Seydi pour faux sur les papiers de son domicile. L’avocat de Diop/ISEG qui confirme cette plainte et explique le sens du nouveau combat de son client. “Nous allons au combat. Raison pour laquelle on a déposé une plainte pour faux contre la dame Aïssatou Seydi. Car elle a profité de l’incarcération de Diop, pour produire de faux papiers et réclamer être la propriétaire de la maison qui se situe à Sacré-Cœur, où habitent sa mère, sa première épouse et ses enfants. Ce qui est un pur mensonge”, a notamment expliqué Me Tall.

Après plus de quatre moins de détention, Mamadou Diop a bénéficié d’une liberté provisoire mardi dernier. Il est toutefois sous le régime du contrôle judiciaire.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer