POLITIQUE
A la Une

Un gendarme et un policier arrêtés pour « liaisons » avec Sonko

Les soupçons qui pèsent sur eux sont-ils bien fondés ? Le cas échéant, ces éléments des forces de défense et de sécurité ont-ils agi seuls ? Dans quel but ? Quels seraient la nature de leurs relations avec le leader du parti PASTEF ?

La série des questionnements pourrait se poursuivre après l’arrestation annoncée ce matin par nos confrères du journal Le Quotidien, d’un policier et d’un gendarme qui seraient des « collaborateurs » du député Ousmane Sono. Ces agents qui auraient été arrêtés la semaine dernière « et remis à leur Brigade prévôtale respective », précisent la même source, sont soupçonnés de « fournir des renseignements à Ousmane Sono et son équipe », écrivent encore nos confrères.

Dans la foulée, Le Quotidien ajoute qu’en dehors du gendarme et du policier arrêtés la semaine dernière, deux autres policiers ont été entendus pour les mêmes motifs. Mais, s’ils ont été plus chanceux que leur collègue, ces deux autres policiers qui avaient été « relâchés » seraient néanmoins « sous étroite surveillance ».

Accusé de « viols répétitifs » et « menace de mort avec deux armes à feux », l’honorable député Ousmane Sonko est sous le coup d’une plainte à la section recherche de la gendarmerie de Colobane. Convoqué une première fois en début février, il a refusé de déférer à cette convocation « tant que son immunité parlementaire » n’est pas levée. Ce qui a été fait par ses collègues députés vendredi dernier. Toutefois, de nombreux observateurs dont des juristes et des députés ont dénoncé l’irrégularité de la procédure de saisine de l’assemblée nationale ayant abouti à la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko.

Quant au leader du PASTEF/Les Patriotes dénonce « un complot ourdi par le président de la République, en complicité avec le ministre de l’intérieur et le procureur de la République ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page