POLITIQUE
A la Une

Tout sur la nouvelle baisse des denrées au Sénégal !

Le chef de l’Etat a présenté les onze mesures issues des concertations sur la lutte contre la vie chère. C’était lors d’une rencontre à la présidence de la République qui a vu la présence du ministre du commerce, de la consommation et des PME, des associations de consommateurs, du patronat, des associations de commerçants,  d’industriels et des acteurs portuaires, entre autres.

Les travaux portaient notamment sur les mesures urgentes à prendre pour « une lutte globale et efficace » contre la vie chère, tenant compte « de la volatilité des cours internationaux » des matières premières et des produits alimentaires. « Je voudrais réitérer ma volonté de toujours alléger, autant que faire se peut les souffrances des populations face à la conjoncture internationale difficile », a notamment indiqué le président Sall. A travers les différentes recommandations des commissions et des mesures suggérées, 11 décisions ont été prises au sortir de cette réunion. Pour le riz, le kilogramme du type brisé indien 100% passe de 350 FCFA à 325 FCFA au détail. Le prix du litre de l’huile de palme passe de 1200 FCFA à 1100 FCFA, pour le sucre, le kilogramme passe de 600 FCFA à 575 FCFA.

Pour les loyers, les baisses suivantes seront opérées : moins 20% sur les loyers inférieur ou égal à 300 000 FCFA, -10% sur les loyers compris entre 301 000 et 500 000 FCFA, -5% sur les loyers supérieurs à 500 000 FCFA. Pour le loyer, le président Macky Sall rappelle que les prix ont augmenté de plus de 200% depuis la dernière tentative de baisse. Alors que les coûts de la construction n’ont évolué que de l’ordre de 45%. Le chef de l’État renseigne que, parallèlement, une réduction de la commission versée aux agences sera opérée, soit un montant égal à la moitié du mois de loyer. L’étalement du paiement de la caution sur l’année  au cours de l’année « en raison du douzième du montant pour le deuxième mois et la suppression du loyer d’avance », notamment le paiement qui sera exigé à la fin du mois.

Réduction des frais d’inscription dans les établissements scolaires et universitaires

Pour les frais scolaires et universitaires, la gratuité est instaurée pour le cycle élémentaire et le préscolaire pour ce qui concerne les frais scolaires dans le public. Les frais d’inscription dans le moyen et secondaire (collèges et lycées) sont désormais fixés à 3000 FCFA avec un plafonnement de 5000 FCFA contre 10 000 FCFA. Et cela ne pourra être autorisé que par le conseil de gestion de l’établissement. Pour ce qui est de l’enseignement privé, une baisse de 10% est effectuée sur les frais d’inscription du préscolaire au secondaire avec une interdiction de regrouper des paiements en début d’année. Pour le supérieur, une baisse allant de 5 à 10% est opérée sur les frais de scolarité.

D’autres mesures de la baisse

Parallèlement, le fer à béton local et importé, il est appliqué une baisse sur une fourchette comprise entre 50 000 et 120 000 FCFA selon le type et le diamètre. Pour les produits horticoles, le kilogramme d’oignon local passe de 500 FCFA à 400 FCFA et l’oignon importé va passer de 700 FCFA à 500 FCFA. Le kilogramme de la pomme de terre locale passe de 600 FCFA à 400 FCFA et celle importée passe de 700 FCFA à 500 FCFA. Le kilogramme de la carotte importée passe de 500 FCFA à 400 FCFA. Pour l’aliment de volailles, le prix du sac de 50 kilogrammes passe de 20 000 FCFA à 18 000 FCFA. Le prix plancher du poulet vif est, désormais, fixé à 2500 FCFA avec un plafond à 3000 FCFA. Le kilogramme de la viande de bœuf est passé de 4000 FCFA à 3600 FCFA quant au kilogramme de viande de mouton, il passe de 4500 FCFA à 4300 FCFA. Le président de la République n’a pas manqué de se demander pourquoi la viande du porc ne figurait pas sur la liste. « Et la viande de porc, pourquoi vous ne l’incluez pas? J’ai vu que vous avez omis ce secteur. Vous le mettez en réflexion qu’il y en a qui en consomment », a-t-il souligné. Pour ce qui concerne le lait matière grasse végétale qui est le plus consommé au Sénégal, le prix du kilogramme va passer de 3000 FCFA à 2750 FCFA. Pour l’application des nouveaux tarifs, Macky insiste sur la nécessité de communiquer avec les acteurs: « C’est pourquoi après ce message, il faut que le ministère continue, avec les acteurs, à communiquer sur les prix puisqu’on a parlé de beaucoup de choses, de beaucoup de produits et de beaucoup de prix qui ont été donnés. Il faudra clarifier cela et publier de façon à ce qu’il n’y ait pas beaucoup de confusions », a-t-il indiqué. Ces 11 décisions vont se traduire en 55 mesures entraînant des baisses immédiates sur les produits, jusqu’à ce  lundi 7 novembre 2022 et en 112 mesures destinant à renforcer la politique de la souveraineté alimentaire. Macky Sall a rappelé que le secteur de la santé dispose d’un délai d’un mois « jusqu’à novembre »,  pour donner une nouvelle tarification sur les prix des prestations sanitaires. Mais également la mise à jour des arrêtés interministériels fixant les barèmes. Il a, par ailleurs, demandé au Gouvernement de renforcer le développement du secteur privé et de maintenir le dialogue permanent avec les acteurs économiques et également de veiller à rendre les décisions consensuelles prises opérationnelles « dans les meilleurs délais » sur le terrain « à la satisfaction des demandes des populations ». Il a aussi invité le Premier ministre et le ministre du commerce, de la consommation et des PME à rendre compte, régulièrement, en Conseil des ministres de l’état d’application des décisions prises lors de ce conclave.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page