POLITIQUE
A la Une

RESISTANCE NATIONALE : Le PDS quitte (encore) le Front

Le PDS avait déjà boudé le FRN en mai dernier avant de revenir à de meilleurs sentiments. Revoilà Me Abdoulaye Wade et ses camarades libéraux qui tournent le dos à Diop Decroix et compagnie qui ont accepté de s’asseoir à la même table que Macky Sall.

La nouvelle est tombée ce mardi après-midi. Le parti démocratique sénégalais (PDS), a décidé de quitter le front national de résistance (FRN), qui regroupe des parti de l’opposition. Un départ fort “logique” que les libéraux expliquent par le fait que des “dysfonctionnements graves” sont constatés dans ce regroupement de l’opposition dont le parti de Me Abdoulaye Wade est l’un des “principaux initiateurs”, rappelle un communiqué du PDS rendu public ce mardi, quelques heures après l’ouverture de la première réunion du comité de pilotage du dialogue national, boycotté par l’ancien chef de l’Etat et ses camarades. Selon la même source, de multiples “déviances” autant dans son fonctionnement qu’à travers les “rapports suspects” de certains suspects de certains responsables du Front avec le pouvoir en place motivent le départ du PDS. Revenant sur les principes de bases ayant conduits à la mise en place de ce cadre, le PDS rappelle dans son communiqué que le FRN qui cadre de concertation de plusieurs partis, mouvements et personnalités politiques, “devait servir de cadre de lutte pour la restauration des acquis démocratiques systématiquement bafoués par le régime de Macky Sall”.
Dans la même lancé, la formation libérale s’est insurgée contre “de graves déviations des mécanismes internes de prise de décisions stratégiques, notamment en ce qui concerne le dialogue national initié unilatéralement par le président Macky Sall”.

Toutes ces considérations ont amené Me Adboulaye Wade et ses camarades à claquer la porte du FRN et d’inviter l’ensemble de leurs militants et responsables à “rester mobilisés dans la perspective des nouvelles batailles qui seront définies par la direction du parti”.
Autant dire qu’avec le lancement du dialogue national, le président de la République a réussi un premier coup politique et pas des moindres. La dynamique unitaire enclenchée par l’opposition à la veille et au lendemain de la dernière élection présidentielle est en train de se casser en mille morceaux.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer