POLITIQUE
A la Une

RÉOUVERTURE DE L’ESPACE SCHENGEN : Les “exigences européennes” qui ont recalé le Sénégal

En Afrique, seul trois pays sont autorisés à voyager dans l’espace Schengen. Il s’agit de l’Algérie, du Rwanda et de la Tunisie.

Finalement, la bonne information à retenir dans cette histoire c’est que l’union européenne (UE) a décidé de fermer ses frontières aériennes au Sénégal. Une décision qui a été rendu public ce jeudi 16 juillet 2020, 24 heures seulement après que le Sénégal a officiellement réouvert ses frontières aériennes.

Dans un communiqué publié sur son site officiel, le Conseil de l’UE a détaillé un certain nombre de critères qui, s’ils sont remplis, donneraient au pays tiers de droit de voyager à travers les Etats de l’espace Schengen et au pays associés (Norvège, Islande, Suisse et, Liechtenstein, ndlr). Et, sur la base de ces paramètres, le Conseil dit avoir mis à jour la liste des pays à l’égard desquels les restrictions de déplacement devraient être levées.

Parmi ces critères que le Sénégal “ne remplit” pas figure en bonne place la “situation épidémiologique (liée au COVID) et les mesures de confinement, y compris la distanciation physique”. La même source précise que “la situation économique” (du pays concerné) est également pris en considération. Ces deux critères, précise encore le Conseil de l’UE “sont appliqués de manière cumulative”.

Dans les détails, le Conseil de l’UE explique que concernant la “situation épidémiologique”, les pays tiers devraient avoir – pour les 14 précédents jours – “un nombre de nouveaux cas de COVID-19 proche ou en dessous de la moyenne de l’UE (constatée au 15 juin dernier)”. A cela s’ajoute : “une tendance stable ou en baisse concernant les nouveaux cas au cours de cette période par rapport aux 14 jours précédents” et “la réaction globale face à la pandémie de COVID-19, compte tenu des informations disponibles notamment sur les aspects tels que le dépistage, la surveillance, le traçage des contacts, le confinement (…) ainsi que la fiabilité des informations” entre autres. A ce titre, l’UE ne semble pas faire confiance aux données fournies localement par les pays tiers concernant la situation de la pandémie. A preuve, précise le communiqué du Conseil de l’UE, “il convient également de tenir compte des informations fournies par les délégations de l’UE sur ces aspects”.

Les citoyens de l’Union européenne et les membres de leur famille ne sont pas concernés par ces restrictions qui ne touchent pas également “les résidents de longue durée de l’UE et les membres de leur famille” et “les voyageurs ayant une fonction ou un besoin essentiels”. Le Sénégal devra attendre deux semaines, le temps d’un nouveau examen des critères. En attendant, les potentiels voyageurs devront prendre leur mal en patience”. Le prochain “examen des dossiers” est prévu dans deux semaines.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer