POLITIQUE
A la Une

Rassemblements publics : Aly Ngouille Ndiaye explique pourquoi l’Etat ne prendra pas de mesures contre les mosquées

C’est le ministre en charge de l’Intérieur qui a fait la révélation ce mardi au cours d’une conférence de presse organisée pour expliquer les mesures liées à l’Etat d’urgence décrété par le président de la République. A en croire Aly Ngouille Ndiaye, la ville sainte de Touba n’est pas le seul lieu où la prière du vendredi a été effectuée. Au contraire, dit-il, il y en a bien d’autres qui n’ont pas respectée la mesure interdisant les manifestations et rassemblements publics. Mais, s’empresse de préciser le ministre sénégalais de l’Intérieur, seules 500 mosquées sur 4500 n’ont pas respecté les mesures d’interdiction.

Revenant sur cette mesure et l’attitude de certains fidèles qui ont préféré sacrifier à la prière, ignorant ainsi les règles de prévention du coronavirus, Aly Ngouille Ndiaye tranche nettement : “La religion est très sensible, c’est pourquoi, nous ne prenons pas certaines décisions”.
Tout au plus, dira le ministre de l’Intérieur, “on fera comme la dernière fois, en demandant aux chefs religieux et imams d’éviter les rassemblements dans les mosquées. (…) Cette fois, on espère que 100% des mosquées du pays vont respecter cette demande”, a fait savoir Aly Ngouille Ndiaye.

Pour rappel, la mesure interdisant les rassemblements et autres manifestations publics est bien antérieure au décret instituant l’Etat d’urgence. Le Gouvernement sénégalais avait notamment invité les chefs religieux et l’organisation des imams et oulémas de suspendre les prières du vendredi dans les mosquées. Mais la mesure n’avait pas été respectée sur l’ensemble du territoire national. La prière du vendredi a été effective dans de nombreuses villes, notamment dans la ville sainte de Touba où mieux, encore, l’ancien Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne a prié aux côtés du Khalife général des Mourides. A Médina Baye également, la prière du vendredi a été respectée par l’imam. Aujourd’hui, pour éviter la récidive, Aly Ngouille Ndiaye compte plus sur la diplomatie que la répression.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer