POLITIQUE
A la Une

RAPPORT EIU 2019 : La démocratie sénégalaise en berne

La démocratie est en berne au Sénégal.
Une démocratie en berne ! Le Sénégal ne joue plus les premiers rôles en Afrique en matière de démocratie. Selon l’Indice de démocratie 2019, plus connu sous le nom de « rapport de The Economist Intelligence Unit (EIU) », le Sénégal a perdu 9 bons points par rapport au rapport de 2018. Notre pays est neuvième africain et 82 ème dans la classement mondial, selon la même source.

Même s’il est rangé dans la catégorie des pays « hybrides », rang qui vient après les « pleines démocraties » et les « démocraties imparfaites », le Sénégal en chute de 0,34 points (5,81 en 2019 contre 6,15 en 2018) et joue les seconds rôles derrière l’Ile Maurice qui est la première démocratie en Afrique suivie du Botswana, du Cap-Vert, de l’Afrique du Sud, de la Tunisie, du Ghana, du Lesotho et de la Namibie.

De manière globale, il faut noter que la douzième édition de l’Indice de la démocratie établit une baisse du score mondial moyen qui est passé de 5,48 en 2018 à 5,44. Il s’agit ainsi du « pire score mondial moyen » depuis que l’Economist Intelligence Unit a produit pour la première fois l’indice de démocratie en 2006.

Cette chute, dit le rapport, est la résultante de « fortes régressions en Amérique latine et en Afrique subsaharienne ». En effet, quatre des cinq catégories qui composent le score moyen mondial se sont détériorées au cours de l’année précédente.

Pour rappel, depuis 2006, The Economist Intelligency Unit (EIU) donne l’état de la démocratie dans le monde avec 165 pays divisés en quatre groupes. Les « Démocraties pleines » ont un indice supérieur à 8 ; les « démocraties imparfaites » sont comprises entres 6 et 8 ; les « régimes hybrides » sont entre 4 et 6 et les « régimes autoritaires » ont un indice inférieur à 4.

Le rapport est établi sur la base d’une évaluation du processus électoral, du pluralisme et des libertés civiles. A ces critères clés, s’ajoutent le fonctionnement du gouvernement et la culture politique. Et, sur tous ses critères, le Sénégal n’a pas été parmi les exemples cités en Afrique. Les nombreuses arrestations d’opposants et d’activistes, la confiscation quasi systématique des libertés publiques (interdiction des manifestations pacifiques et restriction de la liberté d’expression), n’ont pas joué en faveur du régime de Macky Sall.

Le rapport complet

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page