POLITIQUE
A la Une

Questions d’actualité au Gouvernement : Guy et Mimi, pour le meilleur !

 Le premier ministre Amadou Ba et son équipe devraient retourner à l’Assemblée nationale si l’on en croit les députés Aminata Touré et Guy Marius Sagna qui ont déposé une question d’actualité sur la table du président de l’Assemblée nationale dans une correspondance qui évoque le scandale sur la gestion des fonds alloués à la Covid-19.

Les députés Aminata Touré et Guy Marius Sagna ont déposé, hier, une question d’actualité sur la table du président de l’Assemblée nationale conformément aux articles (art 92 et 94) du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Le premier ministre Amadou Ba et son gouvernement sont interpellés par les deux parlementaires pour obtenir des clarifications sur le rapport de la Cour des comptes concernant les malversations dont fait état  » le rapport N°CC/CABF/B de la cour des comptes sur le contrôle de la gestion du fond de riposte et de solidarité contre les effets de la covid-19 (Force COVID) gestion 2020-202″.

Pour le coordonnateur du Forum civil Birahim Seck, Aminata Touré et Guy Marius Sagna sont bien dans leur rôle « en invoquant les dispositions du règlement intérieur ou la Constitution pour saisir l’Assemblée nationale sur le rapport qui a été produit par la Cour des comptes ». Le Forum civil rappelle, dans la foulée, que la procédure utilisée par la Cour des comptes est contradictoire: « en principe, les personnes qui sont citées dans ce rapport ou leurs complices ont dû recevoir les éléments sur lesquels la Cour des comptes s’est basée pour faire des recommandations », soutient-il.

Birahim Seck et ses camarades invitent le président de la République à réagir et interpellent la justice : « l’impunité au Sénégal n’a que trop duré. Nous voulons que la justice intervienne pour élucider les sénégalais sur ce massacre financier qui a été perpétré au moment où des personnes mourraient de Covid-19, au moment où les libertés publiques ont été confinées, au moment où beaucoup de sénégalais vivaient de stress et étaient empêtrés dans la pauvreté », dénoncent-t-ils.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page