POLITIQUE
A la Une

Quand le Capitaine Touré inspire le Président Sall

Savoir obéir avant de prétendre commander des troupes. La discipline militaire a été comme un sujet de philosophie hier lundi, pour le président de la République qui inaugurait l’école nationale de la marine sénégalaise. Devant un parterre d’officiers généraux, d’officiers et de sous-officiers, le chef suprême des armées rappelle une des phrases magiques de la grande muette : « Celui qui n’est pas capable d’obéir n’est pas digne de commander ». Les « rebelles » sauront sans doute apprécier cette assertion.

Les officiers, sous-officiers et soldats de rang qui aspirent à commander un jour, doivent se le tenir pour dit : il faut apprendre à obéir aux ordres avant de prétendre aux privilèges de commander. En substance, pour le chef suprême des armées qui a convoqué l’éthique militaire, « celui qui n’est pas capable d’obéir n’est pas digne de commander ». Une assertion qui, si elle n’est pas inspirée par l’affaire « Capitaine Ousmane » Touré, rappelle sans doute le contexte et les péripéties qui ont conduit à radiation décidé le 17 juin 2021 par le président de la République, Macky Sall. En effet, l’éthique et la discipline militaire revenaient souvent dans cette « affaire Capitaine Touré » qui constitue une ramification de l’affaire « Adji Sarr – Ousmane Sonko » ou « Sweet Beauté » qui a révélé ce jeune cadre de la marée chaussée au grand public. Il y a presque un an donc, le président de la République signait le décret 2021-630 portant radiation du capitaine Touré des cadres de la gendarmerie nationale pour « faute contre l’honneur, la probité et les devoirs généraux du militaire ».

Et, aujourd’hui encore, que cette affaire dont il a conduit l’enquête est encore pendante devant la justice, l’évocation de la discipline et de l’éthique militaires fait tourner les regards vers ce capitaine qui a également été limogé de son poste d’enseignement à l’institut africain de management (Iam) où « une seconde chance » lui avait été offerte. Mais sans doute, à jamais, les « rebelles » de son acabit doivent servir de leçons aux autres. Car, comme le rappelle Macky Sall, qui a rappelé hier encore son « attachement (…) aux vertus cardinales qui doivent toujours s’attacher à la chose militaire », « celui qui n’est pas capable d’obéir n’est pas digne de commander »

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page