POLITIQUE
A la Une

Présidence de l’Assemblée nationale : Macky choisit ADD, Aly Ngouille et Mimi se rebellent

Malgré le calme qui semble régner dans ses rangs, la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) est bien dans la tourmente. Jusqu’à hier, veille de l’installation de la quatorzième législature, la coalition de la majorité n’a pas pu trouver un consensus autour de la personnalité qui devrait être choisie, seule, pour diriger l’hémicycle. Selon des sources de dakarpresse, il y a au moins trois candidatures déclarées au sein de Bby. En effet, si le président de la coalition a porté son choix sur l’actuel ministre, Abdoulaye Daouda Diallo, des « présidentiables » n’ont pas manqué de maintenir leur candidature pour le Perchoir. Il s’agit de l’ancien ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye mais surtout de l’ancienne Première ministre, Aminata Touré qui a été la tête de liste de la coalition Bby lors des élections législatives du 31 juillet dernier. Selon nos interlocuteurs, Macky Sall qui avait pourtant envisagé de « confirmer » Mimi Touré au perchoir, a décidé de changer de fusil d’épaule à la dernière heure. Un choix pour le moins intrigant, qui rompt d’avec une certaine « logique » politique qui aurait placée Aminata Touré, tête de liste nationale de la coalition, au rang de « candidate naturelle » de BBY au perchoir. Mais, si cette « logique » est rompue, c’est que, croient savoir nos sources, « Macky Sall n’a pas trop confiance en Aminata Touré pour faire d’elle sa ‘’dauphine constitutionnelle’’ ». En effet, si elle est élue présidente de la République – une grande première dans l’histoire du pays – l’ancienne ministre de la justice serait, conformément à la Constitution, la remplaçante du président de la République en cas d’empêchement. Et, pour un tel scénario, Macky Sall préfère son « ami » Abdoulaye Daouda Diallo qui bénéficie de sa confiance quasi-totale

Aly Ngouille Ndiaye, le troisième larron…

C’est écrit : si la logique des choses commande une candidature de Mimi au perchoir, Abdoulaye Daouda Diallo est quant à lui, « l’homme du Président » et, en tant que tel, aura l’onction de tous « les députés du Président » qui, les yeux fermés, voteront pour lui. Quid alors de Aly Ngouille Ndiaye ? La candidature de cet allié de l’Alliance pour la République ne relève ni d’une logique politique pure, ni d’un choix de l’autorité politique qui l’aurait légitimée. Mais, candidat au perchoir, Ali Ngouille Ndiaye ne sera sans doute pas le dernier des trouble-fêtes. Le « baron » de Linguère ne manquera pas de soutiens au sein de la coalition, fussent-il des soutiens portés par un groupe de frustrés qui ne veut ni d’ADD ni de Mimi.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page