POLITIQUE
A la Une

PHÉNOMÈNE DES NERVIS : Sonko et “Y en a marre” sur la même longueur d’onde

S’il y a un phénomène émergent au Sénégal par ces temps de pré campagne électorale, c’est sans doute celui de la présence des nervis dans dans les groupes de personnes qui accompagnent le président de la République dans sa “tournée économique”. Sous le nez et la barbe des forces de défense et de sécurité, ces gros bras sèment la terreur et s’en prennent à de paisible citoyens dont le seul tort est de manifester au président Macky Sall, leur mal-être socio-écnomique. Dans le nord du Sénégal où le chef de l’Etat déroule sa “tournée économique” (une campagne électorale, selon l’opposition) les images de jeunes manifestants brutalisés et humiliés par ces nervis font le tour de la toile, suscitant de vives émotions et de fermes dénonciations des internautes. Pour les membres du mouvement “Y en a marre” qui se sont prononcés sur cette inquiétante actualité, “cette pratique (le recrutement des nervis, par le régime) de nature à semer les germes d’une guerre civile, se répète partout où le président de la République passe dans le cadre de sa tournée économique”. Dans une déclaration rendue publique, hier, Aliou Sané, coordonnateur dudit mouvement et ses camarades se sont notamment offusqués “des images (montrant) des milices du pouvoir entraver, voir obstruer le travail de nos forces de sécurité régaliennes”. Ceci, préviennent-ils, “constitue un précédent grave dont les conséquences pourraient être dévastatrices pour la paix et la cohésion nationale.

“Y en a marre” rappelle que ces séquences de la tournée du chef de l’Etat “choquent les Sénégalais et le monde entier non seulement pour leurs caractères violents, rares, impunis à la limite légalisés”, “se passent sous les yeux de nos forces de l’ordre, celles-là même dont la mission est la défense de tous les citoyens en particulier ceux dont l’intégrité physique est mise en péril”.

Invitant le Haut commandant de la gendarmerie et le directeur général de la police nationale à “(prendre) leurs responsabilités face à l’histoire et au peuple Sénégalais”, le mouvement dit lancer “un appel fort à toutes les forces vives de la Nation à se mobiliser contre ces agissements”. “Il est encore temps pour le gouvernement du Sénégal, garant de la sécurité des citoyens et de leurs biens, de stopper cette spirale de violence. Car, il ne faudra jamais en arriver à un point où les citoyens organiseront eux-mêmes leurs systèmes d’autodéfense”, écrivent Aliou Sané et ses camarades.

A l’instar de “Y en a marre”, le leader de Pastef qui a fait face à la presse ce vendredi n’a pas manqué de se prononcer sur ce phénomène des nervis. Mais, pour Ousmane Sonko, qui annonce une tournée ‘Nemeku Tour’ (visite de courtoisie à ses militants et sympathisants) entre le 23 et le 25 juin prochains, sonne déjà l’alerte et prévient ceux qui seront tentés de saboter cette opération. “Nous avons reçu des informations selon lesquelles le pouvoir a l’intention d’envoyer ses nervis nous attaquer. Et ce, pour ensuite prétexter un trouble à l’ordre public et arrêter des éléments de ma garde rapprochée. On les attend de pied ferme”, a notamment dit Ousmane Sonko.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer