POLITIQUE
A la Une

“Ousmane Sonko ne sera pas l’oiseau en cage” (Me Cheikh Khoureyssi Bâ)

Ousmane Sonko, sous contrôle judiciaire depuis le 8 mars dernier, dans le cadre de l’affaire “sweet beauté” devra encore attendre pour sortir du territoire sénégalais. Invité à prendre part aux “Etats généraux de l’Eco” prévu à Lomé (Togo) entre les 26 et 28 mai prochain, le leader du PASTEF va, devoir se contenter d’une participation virtuelle à cette rencontre initiée par l’économiste Kako Nubukpo et qui va regrouper plus de 200 participants dont Carlos Lopes, Michel Nadom Kalife ou encore Lionel Zinsou, entre autres. La demande d’autorisation de sortie du territoire déposée sur la table du juge du 2e cabinet d’instruction a été rejetée, conformément au réquisitoire du parquet qui s’était opposé à cette demande.

Mais, pour Me Cheikh Khoureyssi Ba, avocat du président Sonko, son client “ne sera pas l’oiseau en cage”. Voici l’intégralité de son post sur Facebook :

“Ousmane Sonko ne sera pas l’oiseau en cage…”
“Ça y est : M. ABDOULAYE ASSANE THIOUNE le juge d’instruction du 2ème Cabinet près le TGI Hors-Classe de Dakar, agissant es-qualité du juge du 1er Cabinet, vient de faire signifier à la défense de M. Ousmane SONKO, ce par le biais du greffier attaché au 1er Cabinet, le rejet de la demande de ce dernier d’effectuer un déplacement au Togo pour un bref séjour de trois jours (SONKO était attendu comme la guest star d’un Forum axé sur “Les États Généraux de l’ECO” et devant se tenir dans la capitale togolaise du 26 au 28 courants).
Déjà informé de cette demande avec la transmission du dossier par ce juge – qui assure l’intérim le temps que le nouveau Doyen des Juges soit nommé – le Procureur de la République avait, comme on le sait, opposé un refus catégorique.
Ce 21 Mai le juge THIOUNE, sans s’embarrasser outre mesure de fioritures, vient de statuer en suivant l’avis du parquet pour s’opposer aussi à tout déplacement du leader de PASTEF LES PATRIOTES hors du territoire national.
• Pour le Procureur, l’ordonnance de contrôle judiciaire prise le 8 Mars dernier par feu le Doyen Samba Sall n’avait spécifié aucune réserve s’agissant d’une mesure comme l’interdiction de sortie du territoire national.
Que dès lors, en l’absence de mainlevée du contrôle judiciaire, l’inculpé ne peut être autorisé à sortir du territoire national.
Cela a suffi à M. BASSIROU GUEYE pour fonder le rejet de la demande introduite depuis le 17 Mai par notre excellent confrère Me Bamba Cissé, au nom de la Défense de OUSMANE SONKO.
• Plus subtil, le juge THIOUNE estime pour sa part que l’inculpé Ousmane Sonko n’a pas encore été entendu au fond pour s’expliquer sur les accusations formellement portées à son encontre par la partie civile.
Il en déduit donc que pour les besoins de l’enquête, un assouplissement du contrôle judiciaire est encore prématuré au stade actuel de la procédure.
Ainsi, en s’adossant sur les dispositions des articles 72, 77 et 127 ter du Code de Procédure Pénale, M. ABDOULAYE THIOUNE a
rejeté la demande.
C’est juste le fait du prince. Le Procureur et le Juge intérimaire ont erré en droit. Rien ne justifie une telle mesure de rétorsion. Sauf peut-être d’autres impératifs, qui ressortissent d’autres sphères, d’autres considérations, d’autres calendriers. Les articles de loi visés sont manifestement inopérants en la matière.
Au final, Lomé ne verra donc pas l’enfant prodige si attendu, pour le moment du moins. Pas de début de débat sur l’Eco pour SONKO. Mais tout cela est dérisoire.
Nul ne peut arrêter la mer avec ses bras. Et OUSMANE SONKO ne sera pas l’oiseau en cage. Je persiste, je signe deux fois et je souligne trois fois”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer