POLITIQUE
A la Une

Ousmane Sonko : « Même à l’université de Dakar il y a maintenant des abris provisoires »

Invité hier sur le plateau de la Sen Tv pour décrypter le message du président de la République adressé à la Nation, le leader du Pastef, a fait un long plaidoyer en faveur des enseignants dont il déplore les conditions d’existence. Ousmane Sonko a également déploré les abris provisoires qui n’épargnent même plus l’université de Dakar. Morceau choisi…

« La situation des enseignant est déplorable. Je ne le dis pas en tant que démagogue ou en tant qu’opposant qui veut gagner la sympathie des enseignants. Quand j’ai commencé à parler des enseignants, je n’étais même pas en fonction. Je rappelle que ma Mémoire de sortie à l’ENAM en 2001 a une seule dédicace ‘’A tous les enseignants du Sénégal’’ parce que je sais ce que je dois aux enseignants et je ne pensais pas que je ferai la politique. Je trouve qu’il a des catégories très importantes dans un pays. Quiconque veut bâtir une société doit les respecter le médecin et l’enseignant dans tous les domaines, qu’il soit dans le domaine religieux ou dans une autre domaine. Or, dans la fonction publique en général l’enseignant est moins considéré. Et pourtant, j’ai commencé à le dire quand j’étais aux impôts ; j’ai organisé une conférence pour les enseignants quand j’étais secrétaire général du syndicat des impôts en leur disant que je sais que ce que fais est très important pour le pays car je fait entrer de l’argent dans les caisses de l’Etat, pour bâtir le pays, mais que ce que fait l’enseignant est beaucoup plus important que ce que je fais. C’est l’enseignant qui permet au fils du pays de Fongolémy, celui du pêcheur, aient les mêmes chances, surtout dans l’école publique que je qualifie l’école de l’égalité des chances. Je dis toujours que les quatre présidents ne sont pas nés avec une cuillère d’argent à la bouche. Si on n’avait pas une école publique de qualité avec de bons enseignants, est-ce qu’ils atteindraient ce niveau. Mais, dans la fonction publique de manière générale ils sont les moins considérés. Et pourtant, ils ne demandent pas beaucoup, mais l’argument qu’on leur oppose est qu’ils font plus de 90 000. Ils font des calculs par rapport à l’impact salarial et ne pensent pas à la justice, à l’équité. Un travailleur est un travailleur, c’est pourquoi j’ai toujours apporté mon soutien et ma solidarité. L’enseignement est le pilier d’un Etat et, pour qu’il soit comme il faut, trois facteurs doivent se réunir. Il s’agit d’abord du facteur pédagogique. Et, comme je le dis souvent, on a un sérieux problème de programme et de structure de nos enseignements. Le deuxième facteur est infrastructurel : il faut des écoles en quantité suffisante et de bonne qualité. C’est une catastrophe quand en 2020 on compte plus de 6000 abris provisoires au Sénégal. Actuellement, même à l’université, on a chapiteaux, il y a des abris provisoires à l’université. Enfin, il y a le facteur social, il faut donner aux enseignants des salaires qui leur permettent d’avoir une vie descente, rapport à ce facteur. Je taquine souvent les enseignants patriotes’’ en leur disant qu’ils sont radins. Mais, à cause du traitement défavorable qu’il subissent dans ce pays. Et, ce traitement n’épargne pas les étudiants. Nous déplorons ces jeunes étudiants tués parce qu’ils étaient en train de manifester pour réclamer leurs bourses d’études, au moment où le régime oriente plusieurs milliards dans des choses qui ne sont pas prioritaires. Malheureusement, je ne suis pas décideur pour le moment. Et, ils ont mis le coude sur l’étude commanditée par le pouvoir sur le système de la rémunération dans la fonction publique. Ils ne veulent pas publier l’intégralité de cette étude qui a montré les disparités entre deux fonctionnaires de hiérarchie A, l’un peut payer l’autre. Pis ou mieux, le fonctionnaire de hiérarchie B ou C dans les régies financières peut payer un enseignant de hiérarchie A. Je ne dis pas qu’il faut diminuer le salaire des uns ou des autres, mais nous devons avoir un système qui réponde à un niveau de rémunération correct pour le tout le monde, un système qui réponde à un minimum de justice ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer