POLITIQUE
A la Une

Nouveau mot d’ordre au PDS : Laisser à Wade son parti et son fils !

Babacar Gaye, El Hadj Amadou Lamine Sall, Aminata Sakho et qui d’autre ? Respectivement, ils ont décliné les postes de “Secrétaire national, président du Comité national permanent d’organisation”, “Secrétaire national chargé des affaires juridiques du parti” et “adjointe au Secrétaire national, chargée de l’emploi des jeunes”…

Outre les “officiellement” bannis dont le ci-devant coordonnateur national, Oumar Sarr et Me Madické Niang, bien des responsables du Parti démocratique sénégalais (Pds) envisageraient d’appliquer un mot d’ordre correct mais ferme à “la seule constante” libérale. Ce niet catégorique et collectif serait opposé au patriarche des libéraux, soixante douze heures seulement après l’annonce de la restructuration de “sa” formation politique n’est cependant pas le fruit du hasard. Au contraire, la quasi totalité des membres du défunt comité directeur qui dénonce ici une sorte de “Congrès de salon”, pire que le fameux “Congrès sans débats” du Ps, se seraient passés le mot. Dans une perspective plus large, certaines indiscrétions croient savoir que l’éternel Secrétaire général national du Pds et son fils cristallisent de plus en plus, au sein de ladite formation, le dédain des responsables libéraux qui en ont marre de voir leur destin politique “entre les mains d’un vieillard” presque centenaire qui gère le parti pour son fils, un grand garçon dont il assure encore la “curatelle”.
En un mot, comme en mille, les Babacar Gaye et autres Amadou Lamine Sall ou encore Mayoro Faye.

Implicitement lâché par ses “alliés” historiques de la trempe de Mamadou Diop “Decroix” qui répondent d’abord à l’appel de Macky Sall avant de lui parler, Me Abdoulaye Wade devra donc se résigner et accepter l’émancipation de ses plus fidèles lieutenants au Pds. Lesquels, soutiennent des sources de Dakarpresse, sont désormais scindés en deux parties. D’une part, le groupe de responsables qui attend le moindre signal lumineux pour rejoindre le “Macky” ; d’autre part, ceux qui, comme Me El Hadj Amadou Sall voudraient constituer un “noyau dur” composé de “libéraux de lait” pour porter la résistance au sein du parti. Ils seront ainsi “expulsés” des instances et du parti et, pourraient facilement passer pour des victimes de Wade, de Karim, surtout, bombardé “Secrétaire général national adjoint, chargé de l’organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques du Pds”. Ouf ! Une “nomination” qui ne fait qu’officialiser une posture que le “gosse” avait depuis…2007, après la réélection de Me Abdoulaye wade.

Telle est la situation nouvelle au Pds. Et, pour sûr, elle risque d’avoir un impact sur le jeu politique dans les prochains jour, avec une restructuration de l’opposition et un (re) positionnement des certains libéraux qui risquent d’en surprendre plus d’un.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer