POLITIQUE
A la Une

Mon pays va mal (Contribution)

Avec la cherté de la vie, le manque de sécurité, le taux de chômage qui est en hausse, un plateau médical désolant et j’en passe. La cour des comptes, dans son rapport, nous livre encore des cas de malversations pendant la covid. Je suis sortie de mes gonds car on a touché la fibre sociale car Dieu nous demande d’aider, dans le coran, notre prochain. Notre prophète (saw) dit que le plus aimé parmi les hommes par Dieu est celui qui est utile à l’humanité. L’on est en mesure de demander le rôle que jouent les gouvernants dans le contexte de la résilience sociale? Sommes-nous en train d’assister à une euthanasie collective ?
Avec des dirigeants cités toujours dans des cas de malversations, quand est-ce que nous aurons des hôpitaux dignes de ce nom avec un personnel bien formé et une prise en charge des cas sociaux?
Quand est-ce qu’on aidera les sans-abris et les mendiants á retrouver leurs dignités ?
Quand est-ce qu’on aidera les jeunes diplômés chômeurs et les jeunes qui migrent pour des lendemains meilleurs ? Quand est-ce que les villages reculés auront de l’électricité, de l’eau potable et des postes de santé ?

Quand est-ce que……Quand est-ce que?

Mais nous savons que nous ne sommes pas devant le nœud gordien. La solution, chers sénégalais, chères sénégalaises, indignons-nous et accompagnons ceux qui aiment leur patrie, ceux qui ont une compassion envers les êtres humains, ceux qui respectent les hommes religieux et non les utilisés .Indignons-nous et accompagnons les patriotes qui nous donnent une lueur d’espoir. Nous l’espérons qu’ils seront des modèles en terme de bonne gouvernance et le respect de valeurs cardinales socles de notre société.
Wait and see
Salimata sall fall
Darou mousty

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page