POLITIQUE
A la Une

Malick Gackou et Yewwi : Le début de la fin

Ce n’est plus le grand amour entre Malick Gakou et ses « frères » de la coalition Yewwi Askan Wi. Plusieurs faits montrent à suffisance que le patron du Grand Parti qui a récemment annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2024 a tracé sa voie même s’il reste membre de cette coalition de l’opposition.

Elhadj Malick Gakou ne parle plus le même langage que les autres membres de la coalition Yewwi Askan Wi. En effet, depuis les élections législatives, le leader du Grand Parti se fait de plus en plus discret après sa forte implication où il avait casqué des millions qu’il avait remis au comité électoral  de l’inter-coalition Yewwi-Wallu à Guediawaye pour préparer la campagne électorale. L’ancien ministre du commerce du président Macky Sall a, à plusieurs fois, fait l’objet d’accusations le taxant de travailler dans le sens d’affaiblir cette coalition de l’opposition.

Déjà, à deux mois de la tenue des élections locales, les membres du parti Pastef au niveau de Guédiawaye avaient menacé de quitter Yewwi avant de pointer du doigt Malick Gakou qu’ils avaient accusé de travailler pour la réélection d’Aliou Sall à la tête de Guédiawaye. Mais nonobstant ces accusations, Malick Gakou a montré son ancrage dans la coalition Yewwi Askan Wi. Selon certaines informations, les 30 millions qui avaient servi de caution pour  Yewwi venaient de lui. Mais, malgré cette casquette de bon samaritain et de philanthrope, il n’est pas parvenu à se faire une place au sein de cette organisation à l’instar de Khalifa Sall, Ousmane Sonko ou même Ahmed Aïdara.

Se sentant trop à l’étroit, il a commencé à se faire très discret au point de ne plus faire partie des déplacements de Yewwi Askan Wi. En atteste son absence de la délégation de la coalition lors du grand Magal de Touba en septembre dernier. Idem pour le Gamou. En prélude à la célébration de la naissance du prophète, Khalifa Sall a conduit une délégation de Yewwi Askan Wi où l’on retrouve Ousmane Sonko, Aïda Mbodj, Dethié Fall, Ahmed Aïdara à Kaolack,… mais point l’ombre de Malick Gakou.  Lui, ne pouvait pas faire partie de cette délégation puisqu’il s’y est rendu le même jour avec sa propre délégation. Un déplacement en solo qui révèle un signe patent d’un froid entre Malick Gakou et ses alliés.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page