POLITIQUE
A la Une

L’Urd s’enfonce et oublie son fondateur feu Djibo Leyti Kâ

Peu d’entités politiques survivent après la disparition de leurs “pères-fondateurs”. C’est ce qui semble être le cas de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd), que le défunt homme d’Etat, feu Djibo Leyti Kâ, avait courageusement porté sur les fonts baptismaux en 1998 ; en rompant avec le Parti socialiste (PS), à l’époque au pouvoir. Car depuis la disparition de l’ancien ministre de l’Intérieur, sa formation politique rase les murs et devient de plus en plus inaudible. Pour preuve, en ce 14 septembre 2019 marquant le deuxième anniversaire de la disparition de celui qui fut plusieurs fois ministres puis député, Diégane Séné, qui l’a remplacé, et Cie n’ont rien entrepris pour honorer sa mémoire. Pis, du côté de l’Etat le projet de loi sur l’intercommunalité, que Djibo Ka avait suscité pour donner une assise juridique aux collectivités locales en sa dernière qualité de Président de la Commission nationale du dialogue des territoires (Cndt), pourrit dans les tiroirs. Or, ce projet révolutionnaire offre pourtant un cadre juridique et législatif aux collectivités territoriales car il envisage la mise en place d’établissements publics territoriaux. Il avait été minutieusement réfléchi par le défunt administrateur civil aux côtés de nombreux acteurs territoriaux, des gouverneurs et d’éminents juristes sénégalais.
Pour rappel, l’honorable député Djibo Leyti Kâ est décédé le 14 septembre 2017, le jour même de la rentrée parlementaire. Il avait 68 ans. Le chef de l’Etat qui disait avoir appris “avec beaucoup de peine” sa disparition, n’avait pas manqué d’apporter son témoignage sur cet homme politique “de dimension exceptionnelle”, ayant “porté jusqu’au bout les rigueurs et les contraintes de l’engagement au service de son pays”. “Illustre fils du Sénégal, son nom est intimement lié à notre histoire politique de ces cinquante dernières années, l’homme ayant assumé, avec constance et passion positive, parmi les plus hautes charges de l’Etat”, écrivait le président de la République, Macky Sall.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer