POLITIQUE
A la Une

« Le ministre de l’intérieur, le ministre de la justice et le Procureur doivent démissionner » (Capitaine gendarmerie)

La lettre a fait le tour du monde grâce à la magie du Net. Le capitaine Oumar Touré, officier de la gendarmerie nationale sénégalaise chargé de l’enquête dans l’affaire opposant Adji Sarr au député Ousmane Sonko, vient de présenter sa démission au président de la République, chef suprême des armées. Dans cette lettre de démission adressée au chef de l’Etat par voie hiérarchique, le Capitaine Oumar Touré dit craindre pour sa sécurité du fait que des individus, plus tard identifiés comme des éléments des renseignements, épiaient ses moindres déplacements, ces moindres mouvements. A entendre cet officier de police judiciaire, « depuis la fuite du procès-verbal concernant cette enquête », il est suivi par des individus dont il dit ignorer « la vraie motivation ». « Jusqu’a ce qu’on m’apprenne qu’il s’agissait des éléments de la Direction nationale du renseignement sénégalais ».

Une situation qui n’a pas manqué de susciter un sentiment de « surprise » chez le capitaine Touré qui s’en est ouvert à sa hiérarchie. « J’ai ainsi saisi ma hiérarchie par correspondance en date du 03 mars 2021 de mes craintes pour ma sécurité et celle de ma famille », explique-t-il dans cette lettre qui lui est attribuée et reprise par les sites internet.

Néanmoins, malgré cette saisine hiérarchique, la situation n’a pas changé. Au contraire, écrit-il, « depuis lors, aucune mesure n’a été prise et les individus continuent leur forfaiture en suivant tous mes déplacements, allant même jusqu’à mettre sous écoute mes communications, en anticipant tous mes faits et gestes ». Cette surveillance dont il fait l’objet serait liée au fait qu’il est « soupçonné à tort d’être à la solde d’un opposant », Ousmane Sonko, en l’occurrence. Pour, précise le capitaine Oumar Touré, il n’a rencontré le leader de Pastef « que le jour de la remise de sa première convocation dont j’étais porteur, donc en faisant mon travail conformément aux ordres de mes chefs ».

Prenant l’opinion nationale et internationale à témoin, il prévient : « tout ce qui m’arrivera à moi ou à un membre de ma famille sera de la responsabilité exclusive de l’Etat du Sénégal et de la gendarmerie nationale qui n’a rien fait pour faire cesser la violation de mes droits ».

Le capitaine Touré qui appelle la jeunesse sénégalaise à « ne pas demander la démission du président de la République (qui) a été élu », leur suggère « d’attendre l’échéance électorale pour ne pas entacher notre démocratie ». Toutefois, tranche-t-il, « le ministre de l’intérieur, le ministre de la justice et le Procureur de la République de Dakar doivent démissionner de leur fonction ». Dans la foulée, il a également demandé aux jeunes de « ne pas écouter le discours incitateur de ce ministre de l’intérieur irresponsable ». « N’écoutez pas non plus le discours endormant de M. Idrissa Seck qui a fini d’être la risée de l’histoire », ajoute-t-il.

L’auteur de la lettre a terminé sa rédaction en remerciant le commandant Mbengue et tous ses collaborateurs de la section de recherches. Je remercie le commandant Mbengue et tous mes collaborateurs de la Section de Recherches. « Toutes les personnes avec qui j’ai servi savent que j’aime et je respecte la gendarmerie mais pas au prix de ma dignité. J’espère que la paix reviendra dans notre cher pays merci », conclut-il.

Selon nos confrères de emedia qui citent « plusieurs sources proches de capitaine Touré, la lettre est bien authentique ». « Il avait d’ailleurs voulu faire une vidéo il y a quatre jours, mais un de ses proches à qui nous avons parlé, l’en avait dissuadé pour éviter qu’il ne s’expose », précisent d’ailleurs les mêmes sources.

L’affaire Ousmane Sonko est sans doute partie pour créer un certain malaise dans les rangs des forces de défense et de sécurité. Il y a quelques jours déjà, un policier et un gendarme, soupçonnés d’être à la solde de Ousmane Sonko, avaient été entendus par leurs brigades prévôtales respectives.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page