POLITIQUE
A la Une

“La CEDEAO devrait s’assurer que la limitation des mandats soit respectée” (Georges Weah, Président du Libéria)

Sportif dans l’âme, Georges Weah. Jusque dans la fonction présidentielle. Contrairement à la plupart de ses pairs africains hantés par la boulimie du pouvoir, l’ancien international libérien, devenu président de la République a littéralement taclé ceux parmi les chefs d’Etats qui seraient tentés par un “troisième mandate” à la tête de leurs pays. En effet, commentant l’actualité politique africaine récemment marquée par le coup d’Etat en Guinée, Mister Georges s’est d’abord dit convaincu que la fréquence des coups d’Etats en Afrique est la cause de la ‘’ modification des constitutions par les chefs d’Etat’’. Le président libérien qui s’exprimait lors du sommet virtuel extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) mercredi dernier, sur la Guinée et au Mali, a tout bonnement demandé à ses pairs de s’interroger sur les causes profondes des putschs dans la sous-région, notamment à la lumière du coup d’Etat survenu à Conakry le week-end dernier.

« Est-il possible qu’il y ait une corrélation entre ces événements et les situations politiques où les Constitutions sont modifiées par les titulaires pour supprimer les limites de mandat par le biais de référendums ? », s’est interrogé le chef d’Etat libérien.

Il a ajouté : « Ou bien pourrait-il s’agir d’une simple coïncidence ? Si la suppression de la limite des mandats sert de déclencheur pour le renversement de gouvernements, alors peut-être que la Cedeao devrait faire tout son possible pour s’assurer que les limites des mandats dans les Constitutions de tous les Etats membres soient respectées ».

Le 5 septembre dernier, un coup de force militaire a eu raison du président Alpha Condé. Ce coup d’Etat militaire est le troisième du genre dans la sous région ouest africaine, en l’espace de douze mois. Avant Alpha Condé, son voisin malien Ibrahim Boubacar Keîta avait subi le même sort.

“La CEDEAO devrait s’assurer que la limitation des mandats soit respectée” (Georges Weah, Président du Libéria)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer