POLITIQUE
A la Une

Il ne fallait pas privatiser Terme Sud !

Ce qu’il s’est passé à Terme-sud, quartier séculaire abritant des logements de fonction attribués à des militaires, est d’un surréalisme inédit. Des gendarmes qui s’en prennent à leurs « frères d’armes » qu’ils sont appelés à « déguerpir » suite à une décision de justice. Dans le feu de l’action : un ancien militaire grièvement blessé, des arrestations dans les rangs des jeunes manifestants, fils d’anciens militaires. Désolation !

Tristesse surtout pour les braves soldats qui, pendant plus de quatre décennies pour certains, occupaient ce lieu mythique qui a vu naître des pères et mères de familles. Seulement, il faut oser dire que cette longévité sur le site ne leur confère aucun droit acquis. Dura lex sed lex ! La loi est dure, mais c’est la loi. Dans tous les « cantonnements » ceux qui occupent les logements de fonction sont appelés à les libérer, une fois admis à la retraite, pour céder la place à leurs cadets. Comme pour le camp Abdou Diassé, la caserne Samba Diéry Diallo, le camp Sékou Mballo, le camp Tropical de Thiès ou encore la LGI de Mbao, entre autres, Terme-Sud a toujours fonctionné ainsi. Des militaires sortent d’autres entres, avec leurs familles.

Mais, c’est quand la COMICO (coopérative militaire de construction) est entrée dans la danse pour récupérer ces terres que le mal a commencé à prendre racine. Si elle a le mérite d’avoir aidé de nombreux militaires et paramilitaires à disposer d’un toit, à travers une politique d’habitat bien tracée pour ses membres, cette association a sans doute pêché par excès d’engagement et – qui sait ? – par une certaine boulimie.

En récupérant Terme-Sud contre des espèces sonnantes et trébuchantes, la COMICO a subrepticement fin à cette bonne vieille pratique qui accordait des logements de fonctions aux soldats de rang sur ce site. Mais aussi et, plus tragique encore, les moins gradés – donc les moins fortunés – seront implicitement exclut de la liste des potentiels bénéficiaires de logements ou parcelles à bâtir prochainement sur ledit site.

Terme-Sud, se situe en effet, dans une zone fortement prisée, où la spéculation foncière a hissé le prix du mètre carré à un hauteur que n’atteindront sans doute jamais les soldats. Il devient de facto le site des « privilégiés » de la coopérative. Voilà sans doute pourquoi il était peu ou pas indiqué de « privatiser » Terme-Sud. Cette zone devrait rester, pour longtemps encore, le patrimoine militaire qu’il a toujours été et qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être pour des fins mercantilistes.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer