POLITIQUE
A la Une

HAUSSE DE L’ELECTRICITE, FCFA/ECO : Les cadres de Rewmi prennent la parole

A défaut d’Idrissa, les autres prennent la parole.
Les critiques envers et contre le mutisme du parti Rewmi depuis le lendemain de la dernière élection présidentielle semblent faire porter des fruits. Visiblement sensibles aux nombreuses sorties de leaders politiques qui avaient accompagné le président de la “Grande Alliance” lors de la campagne de 2019, les cadres de Rewmi se sont retrouvés autour d’un symposium pour faire un large tour d’horizon sur l’actualité nationale dominée par la hausse de l’électricité et le bouillonnement constant de l’école sénégalaise.

Abordant la question de la hausse de l’électricité, Déthié Fall, vice-président du Rewmi, a d’abord rappelé que le chef de l’Etat, dans son adresse à la Nation du 31 décembre 2016, avait promis que l’année 2017 serait celle de la baisse (10%) du prix de l’électricité. Mieux, rappelle l’honorable député, “(…) cette tendance baissière allait se poursuivre dans les années à venir. Et le 31 décembre 2019, trois ans après, il (Macky Sall) se présente devant les Sénégalais pour parler de hausse de 6% du prix de l’électricité et dire que la tranche sociale n’est pas concernée mais les autres tranches”. Rappelant ces différents postulats, Déthié Fall en déduit “naturellement”, un “échec du Président Macky Sall”. Car, selon lui, “justifier cette mesure par le fait qu’il veut d’ici 2025 l’accès universel de l’eau et l’accès universel de l’électricité ne doivent plus être projets après 60 ans des indépendances”.

Au cours de ce symposium, les cadres de Rewmi, ont également abordé la question du passage du FCFA, à la nouvelle monnaie, ECO. Et, à ce propos, les camarades d’Idrissa Seck – absent de la rencontre – suggèrent une large ouverture qui permettrait “avant de prendre une position”, “d’écouter tous les experts en la matière”. “Parce que ce n’est pas une question de souveraineté à régler. Le fait de dire que la France doit quitter toutes les instances de décisions, c’est une chose. Le fait de dire que les réserves de changes qui se trouvent au niveau du trésor public doivent être transférées au niveau de la Bceao est également une autre chose. Mais que gagnent nos économies en faisant ce transfert du franc Cfa vers l’Eco?”, s’est interrogé le vice-président de Rewmi avant de répondre : “c’est ce qui est la question fondamentale”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer