POLITIQUE
A la Une

GENDARMERIE : Le Général Tine, le “Quota APR” dans le recrutement des 3000 gendarmes et son limogeage

Le remplacement du général de corps d’armée Jean Baptiste Tine désormais ex-Haut commandant de la gendarmerie nationale par le général de division Moussa Fall continue de susciter des commentaires dans l’espace public et les médias. Après la sortie du leader de Pastef/Les Patriotes qui parle d’un “malaise” dans la gendarmerie suite à cet évènement, qui intervient à seulement trois mois du départ à la retraite du général Tine, de nombreux sénégalais, à travers les réseaux sociaux, ont fustigé cette décision que d’aucuns considèrent comme une “sanction” que ne mérite pas le sortant.

Plus loin dans cette affaire, nos confrères de la RFM qui ont enquêté sur les raisons du départ “anticipé” du Haut commandant de la gendarmerie, révèlent la suite d’évènements qui a précipité le départ du Général Tine. Nos confrères parlent notamment des deux résidences du chef de l’Etat saccagées à Fatick et Ndouloumadji. La sécurité de ces résidences est en effet sous la responsabilité de la gendarmerie. Autre motif, révélé par la RFM : la triste partition des nervis dans la tournée de Macky Sall. Selon nos confrères, le Général Jean Baptiste Tine avait catégoriquement refusé la présence de ces gros bras aux côtés des forces de défense et de sécurité. Mais, c’était sans compter avec la détermination de leurs “recruteurs” qui ont imposé aux gendarme et autres policiers, la présence de nervis. Toujours selon la RFM, le Général Tine a également tenu tête aux responsables de l’Alliance pour la République qui voulait des quotas dans le recrutement des 3000 gendarmes volontaires annoncés par la gendarmerie. Jean Baptiste Tine aurait ainsi instruit ses hommes de dérouler le processus de recrutement dans les règles de l’art, en garantissant à tous les candidats l’égalité des chances. A cela, s’ajoutent les émeutes de mars dernier consécutives à l’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr et la lourde sanction infligée au capitaine Omar Touré. Selon les informations de la RFM, le Haut Commandant de la gendarmerie n’était pas favorable à une sanction d’une telle sévérité. Toutes considérations qui seraient à l’origine de son “limogeage”.

Cette enquête de la RFM semble conforter l’analyse de Sonko selon laquelle, “la stratégie de Macky Sall est d’avoir des hommes qui sont à ses ordres en toutes circonstances”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer