POLITIQUE
A la Une

DJIMO SOUARE : « Macky est le champion de la lutte contre l’enclavement, de la décentralisation et de l’équité territoriale »  

Djimo Souaré, président du Conseil départemental de Goudiry et par ailleurs coordonnateur du Programme des domaines agricoles communautaires (PRODAC) revient dans cet entretien sur le sens et les enjeux de la visite en cours du Président Macky Sall dans le Sénégal oriental. A cette occasion Goudiry, sa commune, sera le point de convergence de la délégation présidentielle, en vue de l’inauguration du nouveau camp militaire implanté dans cette capitale du Boundou.

Dakarpresse.com Vous êtes le président du Conseil départemental de Goudiry. Et, ce n’est pas tout le temps qu’un président de la République arrive Goudiry. Vous allez  ce mardi accueillir Macky Sall. Quel est le sens que vous donnez à cette visite ?

Djimo Souaré : Le président de la République son Excellence monsieur Macky Sall nous fait l’honneur d’une visite dans le département de Goudiry. Cette visite revêt un caractère extrêmement important. Il vient pour inaugurer la route de Tambacounda-Goudiry-Kidira, inaugurer un camp militaire et aussi lancer les travaux du Plan spécial de désenclavement (PSD).  Et le département de Goudiry aura au moins dans le cadre de ce plan 230 kms de routes et de pistes.

Goudiry est le plus grand département du Sénégal. C’est un département connu, aussi, pour de nombreux problèmes dont son enclavement interne, les problèmes de migrations irrégulières, problèmes d’emplois des jeunes, problèmes d’accès à l’eau. Si vous aviez en face de vous le président de la République qu’est-ce que vous auriez envie de lui dire ?

En face du président de la République, nous commencerons d’abord par le remercier. Parce que le président Macky Sall est le champion de la lutte contre l’enclavement, c’est vraiment le champion de la décentralisation et de l’équité territoriale. Et dans ce sens, on peut dire que beaucoup de choses ont été réalisées dans le département de Goudiry en termes de pistes, de routes, d’électrification rurale, d’accès à l’eau potable. Je donne un exemple : il y avait que deux villages électrifiés dans le départementAujourd’hui, il y a au moins une vingtaine de villages électrifiés et une trentaine d’autres en cours  d’électrification. Avec les différents programmes de l’Etat nous avons beaucoup de villages qui, aujourd’hui, ont accès à l’eau potable et pour la première fois on aura aujourd’hui une route secondaire goudronnée dans le département de Goudiry : la route de Goudiry-Diankémakha, sur 65 kms. Et je l’ai dit tantôt dans le cadre du PSD, nous aurons au moins 230 kms de pistes dans le département. Bien avant entre 2012 et maintenant, il y a 600 kms de pistes qui ont été réalisées dans le département. Donc nous ne pouvons dire au Président que merci. Aussi comme vous l’avez dit c’est le département le plus large du Sénégal. Il reste encore beaucoup de choses de choses à faire, il reste beaucoup de zones à désenclaver. Il reste encore des villages qui ont besoin d’eau, qui ont besoin d’électrification. Dans ce sens nous porterons encore un plaidoyer très fort pour la réalisation de ces infrastructures dans les villages du département de Goudiry, afin qu’on puisse atteindre l’accès universel à l’électricité, à l’eau et que toutes les zones soient désenclavées.

Donc vous confirmez que les lignes ont bougé entre le premier conseil des ministres décentralisé et celui vers lequel nous allons cette semaine ?

Tout à fait. Entre 2013 et le conseil des ministres de ce mercredi, il y a eu pas mal de réalisations : en termes de pistes de productions, d’électrification rurale, d’accès à l’eau potable. Il y a plein de projets dans le département de Goudiry. Donc c’est un satisfecit total envers le Président. De ce fait, nous ne pouvons que demander encore parce que nous venons de très loin. Entre 1960 et 2012 et entre 2012 et 2022 en dix ans nous avons vraiment vu qu’on a un président qui s’est vraiment occupé de la périphérie et en particulier le département de Goudiry.

Un camp militaire flambant neuf est sorti de terre à Goudiry. Cela règle des problèmes de sécurité ?

Effectivement, ça règle des problèmes de sécurité dans le département le plus vaste du Sénégal (17000km2). Parce que nous ne sommes pas loin de la frontière, nous sommes à 65 kms du Mali. Et nous savons tous ce qui se passe aujourd’hui dans la sous-région. De ce fait, je pense que sur le plan stratégique c’est important pour le Sénégal. Un camp militaire à Goudiry, c’est extrêmement important pour la sécurité des personnes et biens.

Sur un autre registre, vous êtes le tout nouveau coordonnateur du PRODAC. Tambacounda a aussi une vocation agricole, donc vous êtes très attendu pour la création d’un domaine agricole communautaire au niveau de cette région. Qu’est-ce que vous répondez par rapport à cette sollicitation des populations locales ?

Le PRODAC est une idée originale du président de la République. C’est un programme qui a été pensé et mis en place par S E Macky Sall, pour accélérer la transformation structurelle des bases de notre économie, pour renforcer le capital humain Sénégalais. De ce fait, nous avons aujourd’hui 9 (neuf) DAC au Sénégal. Tambacounda qui est la région la plus vaste ne dispose pas de DAC. Nous devrions même organiser dans le cadre de la journée de l’élevage un forum ici à Tambacounda pour sensibiliser les jeunes et rencontrer les élus territoriaux. Inchallah, d’ici le mois de février nous allons rassembler tous les élus de la région de Tambacounda et nous allons voir comment aller vers la création d’un DAC ici dans la région de Tambacounda.

Propos recueillis par B. DIALLO, Envoyé spécial

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page