POLITIQUE
A la Une

Conséquences des Législatives : Macky perd une partie du pouvoir

Pire que par le passé, la coalition Benno Bokk Yakaar avance dans la nuit des incertitudes. Cauchemardesque ! Cette soirée du 31 juillet aura été très longue et le réveil qui s’en suivra risque d’être pour le moins brutal. En maints endroits, les poulains de Macky Sall ont littéralement mordu la poussière et, la menace d’une cohabitation à l’Assemblée nationale est plus que réelle.

Ziguinchor, Touba, Dakar, Guédiawaye, Saint-Louis, Thiès, Louga ! Les grandes villes sont tombées ou restées dans l’escarcelle de l’intercoalition Yewwi-Wallu qui, selon la formule préconisée, a été très inspirée. Pour ce scrutin, seuls les meilleurs devaient passer devant ; ainsi, pour Yewwi, ce fut Barthélémy Dias à Dakar, Guy Marius Sagna à Ziguinchor, Cheikh Abdou Barra Dolly à Touba ou encore Biram Soulèye Diop – dans une moindre mesure – à Thiès. Ces têtes de ponts très représentatives au niveau départemental, pouvaient déjà partir avec une certaine « prime du dernier vainqueur ».

Dans plusieurs circonscriptions électorales, la victoire des Locales est, en effet, assez fraîche dans les mémoires et, il était très difficile pour Benno de renverser la tendance après seulement six mois d’exercice du pouvoir locales par l’opposition. Aussi, comme pour rendre la situation encore plus difficile, Yewwi et ses leaders, ont su gagner la bataille de la « Perception » : celle d’une démocratie en berne, d’un renchérissement du coût de la vie, d’une corruption à grande échelle et, d’une morale politique foulée aux pieds par une série de débauchages de responsables politiques de l’opposition. Autre train de frustrations : les nombreuses restrictions des libertés individuelles et publiques – arrestations à tout va d’opposants et de manifestants – et, le comportement réel ou supposé des forces de défense et de sécurité qui va avec.

Débauchage des transhumants : le revers de la médaille  

Malgré la transhumance, ou à cause de ce phénomène, il était bien difficile de renouer avec la confiance des électeurs. A Dakar, il était quasi impossible d’arracher la victoire au nouveau maire, Barthélémy Dias. Les hommes appelés en renfort – Bamba Fall et Alioune Ndoye  notamment – étaient déjà, depuis leur défection, collés au mur du déshonneur. Singulièrement honni par une bonne partie des médinois, le maire est par excellence, le prototype de l’homme politique anti modèle. Lui et les autres de son acabit, contribuent mieux à accentuer le degré de bannissement des populations qu’à aider le président Macky Sall dans sa quête de suffrages. Bamba Fall n’est pas seul ! A Guédiawaye, Abdou Khafor Touré – joue les révolutionnaires de salon et s’accroche plutôt à l’électorat d’un  Racine Talla gagné par l’usure. A Darou Mouhty, Modou Diagne Fada perd également du terrain. Mais, cette victoire, a également été celui d’un homme contre tous.

Si Ousmane Sonko, face à Macky Sall a su s’imposer et imposer Yewwi comme la seule alternative capable de corriger tous ces manquements tant au niveau de la gouvernance économique, démocratique, sociale et…morale, c’est que Macky Sall est dans une solitude sans commune mesure. Le président est seul, désespérément, au four et au moulin. Enfin, cette conquête de Yewwi-Wallu a également été favorisée par le comportement de certains députés qui ont été plus que des thèmes de campagne. Plus que les « députés de Macky Sall » qui n’ont aucune plus-value pour l’Assemblée nationale, les « députés trafiquants » de faux billets et de passeports diplomatiques et ceux qui « font la promotion de l’homosexualité », ont été érigés en contre-modèles pour convaincre les électeurs. Aujourd’hui, le Sénégal n’est pas loin d’une « Cohabitation » comme le craignaient déjà Mansour Faye et Alioune Ndoye – mais, il y a pire. En termes de représentativité, Macky Sall vient de perdre une bonne partie de son pouvoir.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page