POLITIQUE
A la Une

COHABITION A L’ASSEMBLEE NATIONALE : Alioune Ndoye et Mansour Faye avaient senti le coup

A Saint-Louis tout comme à Dakar, la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) a perdu les élections. Ces deux départements dirigés par les ministres et maires de Saint-Louis et Dakar Plateau pourraient bien peser sur la balance d’une éventuelle cohabitation. Cette éventualité, le maire de Saint-Louis, Mansour Faye et son homologue du Plateau, Alioune Ndoye, l’avaient déjà évoquée lors de la campagne électorale pour les législatives.

Au total, ces deux départements cumulent 9 députés dont 7 à Dakar. Ils sont tous tombés dans l’escarcelle de Yewwi-Wallu. Mansour Faye et Alioune Ndoye, vainqueurs dans leurs fiefs respectifs lors des dernières élections territoriales font désormais partie des symboles de l’effritement de l’électorat de la majorité présidentielle qui n’a pas arrêté sa chute vertigineuse après les joutes de janvier dernier. Cette chute lente mais visiblement irréversible conduira le président Macky Sall à la cohabitation tant redoutée par les deux membres du Gouvernement. Déjà, évoquant cette possibilité lors de la campagne électorale, Alioune Ndoye avait trouvé la panacée radicale qui corrigerait cette ‘’anomalie’’ parlementaire. « Les gens de l’opposition demandent une cohabitation à l’Assemblée nationale. Cela n’a jamais existé au Sénégal. S’il y a une cohabitation, l’opposition va instaurer de façon légale, l’instabilité au Sénégal. Le pays peut rester pendant 8 mois sans pour autant mettre en place un gouvernement. Cela n’arrange pas le Sénégal qui est sur les rampes de l’émergence », disait notamment Alioune Ndoye qui évoquait déjà l’éventualité d’une dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République.

« Si les députés veulent bloquer le gouvernement, le Président va dissoudre l’Assemblée nationale », ajoutait le maire socialiste de Dakar Plateau dont l’investiture sur la liste départementale pour les Législatives, n’a pas favorisé le miracle attendu. A l’instar d’Alioune Ndoye, Mansour Faye également avait émis l’idée d’une dissolution de l’Assemblée nationale en cas de « cohabitation » après une majorité acquise par l’opposition.

Aujourd’hui, les craintes de ces deux ministres risquent de se confirmer si l’on sait qu’au fur et à mesure que les résultats sont publiés, la cohabitation se dessine.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page