POLITIQUE
A la Une

BOUBACAR CAMARA, LEADER DU PCS : « L’éthique, la morale et la politique rejettent une 3e candidature de Macky Sall »

L’éthique, la morale et la politique rejettent une troisième candidature de Macky Sall. C’est l’avis du président du parti pour la construction et la solidarité. Invité de l’émission « Jury du dimanche » sur iradio, Boubacar Camara est entré dans les détails de ce triptyque qui bannit une autre mandature de l’actuel président de la République.

Le président Macky Sall qui a changé la constitution pour s’ouvrir la porte du débat autour d’un troisième mandat ne peut pas, politiquement, avoir un troisième mandat. La question du mandat selon Boubacar Camara, n’est pas un problème juridique ni non plus un problème juridictionnelle. « C’est un problème politique, dit-il », en expliquant que le président de la République ne peut pas avoir mis dans une constitution que les mandats sont limités à deux et en demander une troisième, de la même manière, le chef de l’APR ne peut pas avoir combattu un troisième mandat du président Wade et demander un troisième.

« Sur le plan éthique, il (le président Macky Sall) ne peut pas avoir déclaré que c’était son dernier mandat et se présenter », ajoute l’ancien directeur général de la douane. Enfin, conclut Boubacar Camara, « sur le plan moral, il ne peut pas connaître les conséquences éventuelles de cette décision – tensions, morts – et demander un troisième mandat. Toutes considérations qui poussent le leader du PCS à penser que le président Macky Sall « aura la sagesse de ne pas aller dans cette direction ».

Interrogé sur la tenue des élections locales – faut-il les tenir ou les reporter –, Boubacar Camara estime qu’il faut organiser ces élections. Pour ce faire, propose-t-il, « il faut mettre un fichier sur la base de la Constitution. Tous les sénégalais qui ont 18 ans révolu et n’ayant pas de problème de capacité sont dans le fichier. On fait une campagne de radiation et mettre en place un fichier sur lequel on peut faire des élections. Ne pas faire une élection sous le prétexte de pandémie ou de fichier etc., c’est une atteinte à la démocratie ».

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page