POLITIQUE
A la Une

AUDIENCE AVEC MACKY SALL : Sonko n’y est pas allé la “tête vide”

Ousmane Sonko a finalement répondu à l’invitation du président Macky Sall qui a reçus des leaders de l’opposition ce mardi au palais de la République. Mais, Ousmane Sonko n’y est pas allé “les mains vides”. Au contraire, le leader du parti “Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité” (PASTEF/les Patriotes) est allé plus loin qu’un simple appel lancé aux sénégalais et un message de félicitation adressé au Gouvernement.

L’auteur du livre-programme “Solutions” s’est en effet, rendu au palais avec une série de questions qu’il a posées au chef de l’Etat. Et, de la réponse à ces questions, dépendra la conduite à tenir pour le leader de PASTEF.

Répondant à l’équipe de journalistes déployée par la télévision publique au Palais, Ousmane Sonko précise d’abord : “Nous étions venus avec beaucoup de questions, parce que jusqu’à présent, nous étions dans des mesures d’ordre sanitaire”. En effet, rappelle-t-il, “hier, on nous a annoncé – parce qu’on est à la phase de l’annonce – un certain nombre de mesures budgétaires avec un impact économique et social recherché”. “Et, poursuit Ousmane Sonko, il était bon que sur pas mal de questions, avant de prendre position, que nous puissions interpeller”. Surtout que, précise l’ancien candidat à la présidentielle, “le plan n’est pas encore présenté au sénégalais”.

Précisant que le président Macky Sall “a répondu à ces questions”, Ousmane Sonko qui dit avoir “pris bonne note” promet de fonder son avis à partir de ces réponses en attendant que les ministres chargés de l’application de ces décisions produisent les plans détaillés.
Dans le fond, l’ancien inspecteur des impôts révèle que la première question posée au chef de l’Etat était relative à la nature de l’Etat d’urgence. “Est-elle générale ou d’ordre strictement sanitaire ?” a demandé Ousmane Sonko. Mais, surtout, le député de la coalition “Jotna” dit attendre les “détails sur ce qui va alimenter le fonds de 1000 milliards”, annoncé par le président de la République pour faire face à la pandémie.

“Utiliser l’argent de la lutte à bon escient”

“En ce moment nous n’avons pas de marge, la banque centrale européenne a dégagé une enveloppe de 750 milliards d’euros, le FED aux Etats-Unis a dégagé une enveloppe de 500 milliards mais la BCEAO ne peut pas dégager d’enveloppe parce que nous avons une contrainte liée à notre monnaie”, précise d’abord Ousmane Sonko avant de révéler que la principale source de financement de ce fonds sera le “Budget de l’Etat”. “Et, poursuit l’expert fiscal, il va falloir qu’on creuse le déficit (budgétaire). Il faut recourir au FMI avec le droit de tirages spéciaux (100 à 150 milliards), recourir à la banque mondiale, et ensuite réorganiser notre budget”.

De l’avis du leader du PASTEF, il faut donc “revoir tous ces détails”. “Il faut de l’argent pour gagner une guerre (et), il faut chercher cet argent (mais) nous avons été rassuré que nous l’aurons”, révèle-t-il encore. Toutefois, ces questions en appellent d’autres. “Où va cet argent”, s’interroge Ousmane Sonko avant d’indiquer la bonne utilisation qu’il faudrait en faire. Il dit à cet effet : “Il ne faut pas que cet argent soit dépensé pour acheter des 4X4 pour de soi-disant structures qui vont lutter contre le virus ou que l’argent profite à quelques lobbies et n’aille pas vraiment à la gestion de la crise”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer