POLITIQUE
A la Une

Après son ralliement à Benno : Pape Diop prend les armes contre l’opposition

Pape Diop ne veut pas se faire marcher sur les pieds et refuse qu’un groupuscule de personnes, tapis dans l’ombre, et se servant de leurs claviers, lui dictent sa posture. Lors de sa rencontre avec la presse pour annoncer sa décision de rejoindre la majorité, il a apporté la réplique à ses détracteurs avant de faire la leçon à l’opposition.

La posture de Pape Diop a réveillé la furie de quelques sénégalais qui s’en sont pris à lui après sa décision de rejoindre la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Ces derniers qui semblaient s’attendre à cette option ne l’ont pas raté. Mais, le concerné a anticipé sur leurs réactions en lançant la première offensive. « Si j’ai pris cette décision, c’est pour sauver mon pays d’un recul démocratique en évitant que l’on se mette dans une situation où le président doit gouverner par ordonnance et j’assume pleinement ce choix », a-t-il insisté. « Le pays est pris, depuis quelques temps, en otage par quelques personnes et c’est inacceptable. Ces dernières ont trompé une partie de la jeunesse sénégalaise et je pense qu’il est temps d’arrêter.

Je n’ai pas peur de ces quelques personnes qui sont derrière leurs claviers pour insulter les gens », a-t-il lancé avant de s’en prendre aux membres de l’opposition sans pour autant les nommer : « certains n’ont pas l’expérience politique leur permettant de prendre des décisions qui sauvent le pays ; ils ne pensent qu’à leur petite personne et c’est cela qui risque de faire sombrer le pays », a-t-il lancé. « Il y en a qui disent qu’ils sont du côté du peuple mais de quel peuple ils parlent ? De celui qui a donné 82 députés à Macky Sall ? », s’est-il enquis. L’occasion faisant le larron, il a lancé une grosse pierre dans le jardin de ceux qui s’adjugent le droit d’être du côté du peuple: « qu’ils nous disent ce qu’ils ont fait pour le peuple. Moi, depuis longtemps, depuis mes 25 ans, je suis à côté du peuple, j’ai partagé tout ce que j’ai eu avec le peuple sénégalais. Quel peuple? », s’enflamme-t-il ! « Ce qu’ils ont, ils le partagent avec leurs familles, ils n’ont qu’à arrêter de parler au nom du peuple », a-t-il martelé.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page