POLITIQUE
A la Une

AMADOU BA, NOUVEAU PM DU SÉNÉGAL : Enfin, la consécration !

Longtemps cité parmi les potentiels occupants de ce poste, le tout nouveau chef du gouvernement, est longtemps resté dans l’antichambre de la Primature. Neuf mois après l’adoption de la loi portant restauration de la fonction, Amadou Ba, 61 ans, reçoit « l’onction » du Président Sall qui sonne enfin l’heure de la consécration d’une des ampoules de la galaxie PSE.

Un bon réseau multiplié par une fantastique situation financière. Amadou Ba s’est subitement fait une place au soleil dans le deuxième gouvernement de Macky Sall en remplacement d’un autre Amadou, Kane celui-ci, désigné tout premier argentier de l’Etat par Macky Sall dans le gouvernement Abdoul Mbaye. Bien installé au ministère des finances où il a blanchi sous le harnais en tant qu’inspecteur principal des impôts et domaines puis directeur général, Amadou Ba a formé, avec Mouhamadou Mackhtar Cissé, au ministère du Budget, le duo qui a mis en branle la politique économique du président Sall, actée dans le plan Sénégal émergent, véhément défendu au club de Paris en février 2014.

Depuis, Amadou Ba qui ne cessait de multiplier les succès en misant notamment son action sur le pilier PSE qui devait permettre, d’ici l’horizon 2035 de tourner la « page Sénégal indigent » (PSI). Face à ce début de succès sur le plan économique, qui tempérait petit à petit l’ardeur des critiques, le chef de l’Etat lance cet ancien militant du parti socialiste (un passé peu connu de Amadou Ba) dans l’arène politique dakarois totalement contrôlé par un certain Khalifa Ababacar Sall. Ainsi après trois bonnes années passées sans bavures à tête du MEF, Amadou Ba est choisi pour conduire la liste victorieuse de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) dans le département de Dakar lors des élections législatives de 2017. Sur le fil, il passe devant la liste de l’imbattable Khalifa Sall.

Chantre d’une « loyauté inconditionnelle »

Fort de ce succès, Ba est sur toutes les lèvres et dans tous les esprits comme le « numéro 2 » de fait de l’alliance pour la République qu’il avait rejoint quelques mois auparavant. Mais, ce fut alors le début d’une guerre enclenché contre lui par les autres ténors du parti, les fameux « responsables de la première heure ». Dans cette bataille sans merci, Amadou Ba réussit à faire face à de nombreux adversaires dans le camp du pouvoir. En 2019, au lendemain de l’élection présidentielle, à la faveur d’un nouveau remaniement opéré par Macky Sall il change de poste et officie désormais au ministère des affaires étrangères. Une porte de sortie pour celui qui est souvent accusé de lorgner le fauteuil présidentiel ? C’est tout comme.

En novembre 2020, il ne sera pas reconduit ministre lors d’un sobre réaménagement du gouvernement suscité par les retrouvailles entre Macky Sall et Idrissa Seck. Qu’à cela ne tienne ! Malgré tout le bruit qui coure, le désormais ancien ministre qui n’occupait plus aucune fonction politique au sommet de l’Etat, ne manquait jamais l’occasion de réitérer sa « loyauté inconditionnelle » au président Macky Sall.

« Aucune pression ne peut faire varier ma considération et ma reconnaissance à l’encontre du chef de l’Etat. Je ne connais pas la loyauté de circonstance ni la loyauté à géométrie variable. On est loyale ou on ne l’est pas. Je voudrais dire que je suis un haut cadre de l’Etat et je suis à la disposition du président de la République. Je partage sa vision qui consiste à mettre le Sénégal sur les rampes de l’émergence », avait-il résumé lors de son éviction du gouvernement. Cette forme de loyauté, le désormais quatorzième Premier ministre de l’histoire du Sénégal l’a encore réitéré le 17 septembre dernier, quelques heures après sa nomination à la tête du Gouvernement. Amadou Ba, faisait-il référence à loyauté d’une certaine Aminata Touré ? En tout cas, l’agenda de l’ancienne président du Conseil économique social et environnemental (Cese) est connu de tous : désormais, Aminata Touré travail pour le départ de Macky Sall qui, dit-elle, n’a pas droit à un mandat de plus à la tête du pays. Amadou Ba pense-t-il la même chose ? S’il a un agenda particulier, il a su bien le cacher jusque-là.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page