POLITIQUE
A la Une

“Un SMS du complot a été envoyé par erreur à un avocat de Sonko (Aïda Mbodj)

“On va le trainer dans le boue mais pas de condamnation…” : Aïda Mbodj révèle le contenu d’un des SMS du “complot”
Depuis l’éclatement de cette affaire pour laquelle une plainte a été déposée contre lui à la section recherche de la gendarmerie pour des faits de “viols répétitifs et menace de mort”, le député Ousmane Sonko ne cesse d’insister sur un “complot” visant sa personne pour “contrer le projet de société” qu’il propose aux sénégalais. Cette conspiration, selon lui, est “orchestrée le chef de l’Etat, Macky Sall lui-même, et mise en oeuvre par le ministre de l’Intérieur, en complicité avec le procureur de la République”.

Aujourd’hui, c’est son “avocate”, l’honorable député Aïda Mbodj chargée de la défendre devant la commission ad hoc de l’assemblée nationale chargée de diligenter la procédure de levée de l’immunité parlementaire de Sonko qui “confirme” le complot contre son collègue. Invitée de l’émission Grand Jury ce dimanche sur les ondes de la RFM, l’ancienne maire de Bambey révèle que par méprise, quelque de l’autre bord a envoyé un SMS à l’un des avocats de Ousmane Sonko. Un message pour le moins compromettant si l’on en croit Aïda Mbodj. Car, dit le texte : “(…) On va le traîner dans la boue, mais pas de condamnation, car ça risque de chauffer le pays”.

L’honorable député Aïda Mbodj qui croit que cette affaire n’aboutira pas à un procès, ajoute : “On pourrait même dire que Dieu est avec Ousmane Sonko”. “A un certain moment, le complot pourrait se fissurer”, confie-t-elle à notre confrère Babacar Fall.

En début février, une jeune dame du nom d’Adji Sarr a déposée une plainte contre le leader du PASTEF, Ousmane Sonko de “viols répétitifs” sous la “menace de deux armes à feu”. Les faits se seraient déroulés dans un salon de massage sis à Sacré Coeur. Un institut de beauté régulièrement fréquenté par Ousmane Sonko pour des “soins thérapeutiques”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer