POLITIQUE
A la Une

AFFAIRE SONKO : « Je condamne cette façon d’éliminer un adversaire politique » (Me Wade)

La réaction des leaders de l’opposition se poursuivent et se ressemblent dans l’affaire Ousmane Sonko qui défraie la chronique et alimente les débats dans les places publiques depuis plusieurs jours. Après Thierno Bocoum (AGIR), Babacar Diop (FDS), Barthélémy Dias et Khalifa Sall (PS), Mamadou Lamine Diallo (TEKKI), Abdoul Mbaye (ACT) et Thierno Alassane Sall (REPUBLIQUE DES VALEURS), entre autres, c’est au tour de Me Abdoulaye Wade d’élever la voix et, au non du parti démocratique sénégalais s’insurger contre ce « piège » tendu au leader de PASTEF/LES PATRIOTES.

A travers un communiqué rendu public par le chargé de la communication du PDS, le président Abdoulaye Wade explique : « J’ai le sentiment que Sonko a manqué de prudence et a été piégé ». « Apparemment, son inexpérience a été exploitée par un adversaire puissant et futé qui connaît ses faiblesses », révèle l’ancien chef de l’Etat. Mais, qu’à cela ne tienne, semble dire le « vieux » qui insiste : « Je condamne cette façon d’éliminer un adversaire politique ». En conséquence, lit-on dans le communiqué : « Le Pds exige que la provocation soit constatée et qu’il soit dit qu’il n’y a pas de délit ». « En conséquence le Pds s’oppose à la levée de l’immunité parlementaire du député Sonko », fulmine l’ancien président de la République.

Après les premiers éléments de l’enquête préliminaire, l’Assemblée nationale a été saisie d’une requête de levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko qui, criant au “complot”, avait refusé de déférer à une convocation de la gendarmerie sans ce préalable. Le bureau de l’assemblée et la conférence des présidents a donné son feu vert pour le déclenchement de cette procédure, sixième du genre depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page