POLITIQUE
A la Une

HCCT « L’intercoalition Yewwi-Wallu n’a pas appelé au boycott » (Cheikh T. Dièye)

Lors de la rencontre organisée la semaine dernière par l’inter-coalition Yewwi-Wallu, le boycott des élections pour élire les membres du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) a été l’information la plus largement partagée. Pourtant, Cheikh Tidiane Dieye avait clairement indiqué qu’il ne s’agissait aucunement de boycott mais de logique dans la posture qu’ils ont toujours adoptée : « je voudrais dire avec force que la coalition Yewwi-Wallu ne boycotte pas une élection elle veut rester constante dans sa démarche et se fonder sur une éthique, celle que le peuple sénégalais lui a indiqué », avait-il nuancé.

« Ces dernières années, de manière constante, le peuple sénégalais a exprimé une logique imparable en politique. Il a tourné le dos ou a indiqué aux acteurs politiques qu’il ne veut plus de politique fondé sur le gaspillage des maigres ressources que nous possédons, il ne veut plus d’une politique fondée sur la création d’institutions à but politicien juste pour caser un personnel à grand renfort de manipulation avec des courtisans et des clients politiques. Il a voulu mettre un terme à tout ce qui est dilapidation et corruption en politique. Et ce peuple-là qui a montré une orientation éthique avec une politique fondée sur des valeurs, c’est ce peuple là que nous avons écouté », avait expliqué le leader de la plateforme Sénégal Bi Nu Begg.

Aussi, ajoutait-il, dans le programme de législature de Yewwi Askan Wi, « il a été mentionné clairement et de manière explicite » que s’ils sont majoritaires à l’Assemblée nationale, ils procéderont à la dissolution du HCCT. « Nous sommes obligés de rendre notre parole conforme aux actes et c’est cela la posture que le peuple nous a indiquée », précise Cheikh Tidiane Dieye. Ce dernier de préciser que l’inutilité du HCCT est un motif pour la rayer de la carte des institutions du Sénégal: « une institution ne vaut que par sa légitimité or, aucun sénégalais ne peut dire, ces dernières années, quelle a été l’utilité de cette institution », avait-il fait savoir avant d’ajouter que l’Assemblée nationale aurait dû s’en rendre compte : « si l’Assemblée nationale avait assumé l’une de ses fonctions à savoir évaluer les politiques publiques, elle se rendait compte facilement que le HCCT n’a accompli aucune de ses missions », avait-il déploré.

« Ses missions étaient tellement vagues, tellement mal ficelées que même si l’esprit avait été évoqué dans les assises nationales, ce que Macky Sall a créé c’est une pâle copie. Cela n’a rien à voir avec ce que les assises avaient annoncé », avait-il expliqué rappelant qu’ils comptent, une fois à l’Assemblée nationale, se battre pour sa dissolution. Une façon pour eux, d’utiliser les fonds du HCCT dans d’autres secteurs qui permettront aux sénégalais de pouvoir changer leur quotidien.

« C’est quand même dix milliards de FCFA. Dans un pays qui vit ce que nous vivons, tous ensemble, les sénégalais pataugent, ils souffrent, ils ont les pieds dans l’eau, ils mangent dans l’eau… Cet argent-là, nous allons le rendre aux sénégalais », avait-il promis.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page