Périscope 
A la Une

Quand l’affaire Aliou Sall relègue l’affaire Alex Segura !

Etat d’urgence économique et social !

L’affaire Aliou Sall ne s’est pas estompée. Et, ce n’est pas demain la veille de son extinction. Malgré la sortie du président Sall le jour de la Korité, nonobstant le piteux « mémorandum » du Gouvernement, en dépit des élucubrations des membres de Bby et des acrobaties des journalistes du palais. L’affaire va encore faire la Une des journaux, susciter plus de la moyenne des articles de presse, alimenter les débats dans salons et les places publiques !

 Petro-Tim ébranle continuera d’ébranler le régime qui panique au gré de révélations les unes plus graves que les autres. Le chef de l’Etat lui-même, qui pointe du doigt des ‘’nafex’’ et des ‘’rambacc’’ a presque perdu les nerfs en public, un jour korité, jour de pardon par essence et de convivialité par excellence. Il n’en est pas à son coup d’essai Macky Sall, qui parle mal de ses compatriotes. C’est malheureusement dans ses habitudes !  

 A la trappe donc les ‘’Nafex’’ et les ‘’rambacc’’ qui ont aidé la BBC à secouer la République !  Mais, même si elle crache du feu sur les « hypocrites » et les « cauteleux », la verve du grand-frère-président n’a pu consumer cette forte perception marbrée dans l’esprit du commun des sénégalais concernant Macky Sall lui-même, sa famille… son clan tout court qui, de plus en plus, cristallise la déception.

 Certes, l’affaire Aliou Sall n’enlève en rien la gravité de celles qui l’ont précédé au cours du premier septennat : le scandaleux montage financier du TER, l’affaire des 94 milliards de Mamour Diallo, le scande des cartes d’identité biométriques, le pillage du COUD, la rocambolesque affaire PRODAC et d’autres affaires encore, assombrissent le tableau déjà noir de la gouvernance financière et économique du régime des Sall. Mais, à elle seule, l’affaire Aliou relègue tous les scandales pour lesquels les Wade et leur camarilla avaient été trainés dans la boue, diabolisés et jetés dans les égouts avant d’être sanctionnés par le peuple au soir du 25 mars 2012. Au change, Petro-Tim relègue l’Anoci au second plan, clos l’affaire Alex Segura, enterre les chantiers de Thiès, jette à la poubelle les cuillères de Awa ‘’Kuddu’’ Ndiaye, calcine le « Plan Taakal » et déchire les licences de pêche !

C’est dire combien ce scandale est un boulet pour le régime de Macky Sall. Il est si lourd qu’il ne saurait être passé par pertes et profits, sur le dos du pauvre contribuable sénégalais dont les ressources sont constamment et impunément dilapidées par une élite qui se relais au pouvoir. Plus que jamais, les sénégalais ont besoin que ce scandale et d’autres encore soient élucidés, leurs auteurs et complices sanctionnés à la hauteur de leur inconduite.

Pour ce faire, la Justice doit redoubler de courage. Car, plus que l’apologie au terrorisme – pour laquelle de jeunes insouciants qui ne savent pas comment s’exprimer dans les réseaux sociaux sont traqués –, il s’agit là d’endiguer un terrorisme économique et social entretenu par une élite regroupée dans une enceinte scellée. Les intouchables ! 

Le combat de la justice doit être d’autant plus farouche que le Sénégal est entré dans le cercle très privilégié, mais hautement hasardeux des pays producteurs de gaz et de pétrole. Si elle remporte ce combat, si elle s’impose avec fermeté, réprime toute forme de prédation de nos ressources extractives, le pauvre Gorgorlu pourra, enfin, avoir mieux à faire que de chercher le diable pour lui tirer la queue. 6000 milliards ! Combien d’hôpitaux construits avec le 1/10e de cette manne, combien de médecins spécialistes recrutés ? Combien d’écoles, de routes bitumées, de terres revitalisées, d’emplois créés ?  

Ce pauvre petit pays très endetté est en état d’urgence économique et social depuis plusieurs décennies, mais il ne faut pas compter sur ses dirigeants pour le tirer d’affaire. La magie de l’or noir n’y fera rien !  

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer