Périscope 
A la Une

Des mains sales !

Après la tenue du dialogue politique, son Excellence Ñangal tenait le bon bout et pouvait bomber le torse pour avoir réussi à faire adhérer à sa cause, ceux qui lui refusaient une quelconque légitimité au sortir de la Présidentielle de 2019. Avec le dialogue donc, tout marchait sur des roulettes comme il l’avait d’ailleurs prévu en dénichant Famara, cette perle bien rare qui, dans un contexte plus tendu, avait pu réunir ‘’Ndiol’’ et ‘’Ndiombor’’ autour d’une même table.

Macky tenait donc le bon bout, malgré les diatribes de l’éternel Sonko. Mieux, il sera d’autant plus réconforté qu’un malheureux candidat nommé Issa Sall – peu éminent certes – avait rehaussé la rencontre de la salle des Banquets. Les Oumar Sarr, Soham Wardini, Diop Decroix et autres Mobutu Sy meublaient le reste du décor, aux côtés de quelques parlementaires de l’opposition peu ou pas connus. Peu importe : le quorum était plus que suffisant et ‘’kor’’ Marième pouvait se prélasser en seigneur vénéré. Que dire du « ralliement » à la 90e minute de ‘’Ndamal Kajor’’ via Déthié Fall ? Ah le bonheur ! Lui aussi, ne vient jamais seul. Ñangal était tellement béat qu’il était d’accord sur toutes les propositions de ses interlocuteurs, sauf, évidemment, sur les deux « K » Karim et Khalifa Sall.

Hélas. L’extase née du dialogue n’a duré que le temps d’une rose. Et, comme dans un mauvais rêve, Prési’ se réveille un mauvais jour du moi de Muguet, pour tomber sur un reportage des plus cauchemardesques, signé… Mayeni Jones. Un nom à passer la nuit dehors certes, mais que les Sénégalais ont très vite adopté et adulé tellement son sujet les intéressait. L’impénitente journaliste de BBC qui a tant secoué le Macky a pourtant juste dit très haut ce que des millions de sénégalais pensent et disent tout bas depuis au moins 7 longue années. Ce reportage de la BBC, impute au jeune frère du chef de l’Etat, une responsabilité confirmée dans un vaste réseau de corruption aux relents pétrolier et gazier. De quoi réveiller les « Esprits » dormants des Y en marristes, des Pastefois et autres. Très vite, un casting étoilé retient de grands acteurs : Ousmane Sonko, Thierno Alassane Sall et Abdoul Mbaye, Barthélémy Dias, Fatou Blondin Ndiaye Diop et Cheikh Tidiane Dièye, Clédor Sène, Ibou Sané et Simon Kouka, Mame Mactar Guèye, Guy Marie Sagna et Karim Xrum Xaax se partagent les rôles et les plateaux télé.

‘’Aar Li Ñu Bokk’’ ! Fallait vraiment y penser pour mettre un nom derrière ce grand corps hybride, porte étendard d’une cause noble qui exige une gouvernance démocratique, transparente et réaliste des ressources naturelles, notamment le gaz et le pétrole. Ñangal a donc du pain sur la planche. Surtout que, à elle seule, cette affaire ‘’3 w’’ point Petro-Tim/Aliou Sall@FrankTimis ‘’point Bp’’, (un nom de domaine à 6 000 milliards), suffirait à légitimer la chasse-à-l’ homme lancée contre le Dg de la CDC et ses complices. Mais, pour en rajouter à l’opprobre, voilà qu’un certain Farba-le-griot vient avouer publiquement une forme de corruption qui serait monnaie courante chez les tenants du pouvoir. On ne n’attendait pas à pire, mais…!

Comme si cela ne suffisait pas – passons sur le front estudiantin qui brûle Ziguinchor et Dakar, l’insécurité qui dicte sa loi à Thiès et Kougheul, la faim dans le monde rural, la vétusté du plateau médical, le chômage exponentiel… – Oumar Youm vient confirmer publiquement les propos de Sonko sur les tensions de trésorerie, avouant que si le TER est à terre, c’est en partie, à cause d’une lourde ardoise à milliards due aux privés et autres prestataires. Il y a plus !
La délégation de l’Union européenne, observateur de la Présidentielle, est entrée en scène pour déchirer le parrainage, dissoudre la Cena, cracher sur les méthodes du CNRA, sur l’organisation du scrutin, en somme. Il n’en fallait pas plus pour entacher la légitimité de Ñangal !

Last but not least. Pour couronner le tout, El Hadj le ministre chargé de communication du Palais, vient tout « Kassé » sur le dos d’Aliou Sall, qu’il désigne également comme un… éminent conseiller agricole. C’est d’ailleurs à ce titre que le jeune frère du président « a reçu » les fameux 250 000 dollars (146 millions FCFA) de la société Bp pour… « une mission de consultance agricole ». Avouons-le, le journalisme mène à tout ! Aux dernières nouvelles, les Sall ont failli s’évanouir quand cette révélation leur est tombée sur la figure. Et avec la sortie très attendue d’Ousmane Sonko, ce jeudi, à veille d’une autre grande manif’ de ‘’Aar Li Ñu Bokk’’, inutile de vous dire que le feu n’est pas encore éteint. Yakham Mbaye l’a tellement bien compris qu’il ne pouvait manquer cette virulente diatribe contre son confrère El Hadj Kassé, le « parfait traite » !

Qui disait que le Macky sera traversé par une grave crise ? Que ce second mandat « usurpé » lui coutera les yeux de la tête ? En tout cas, il est bien seul au monde, pataugeant avec son frangin dans une marre de pétro-gaz. Si mal que la carte de la digression qu’il semble vouloir jouer, avec l’affaire de la grâce présidentielle accordée à Woury Diallo, est un bien mauvais joker. Idem pour les journées nationales de la propreté – n’en rions pas, c’est bien utile – qu’il va bientôt lancer. A la place, les sénégalais attendent une grande opération de lavage des mains. Il y en a qui l’ont bien sales.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer