Périscope 
A la Une

CORONAVIRUS : Macky refuse de combattre le mal par la racine

Il fallait s’y attendre avec les deux allers-retours express du ministre de la Santé à Touba, la sortie du bureau de l’Assemblée nationale – qui ne s’est d’ailleurs jamais intéressé à la chose, jusqu’à ce vendredi 13 mars – et la décision du sous-préfet de Dakar-Plateau d’interdire les cérémonies familiales, le tout assaisonné d’une rumeur sur « l’interdiction des ziar » attribuée au Khalif de Touba. Même Serigne Abdou Karim Mbacké a failli tomber dans ce vicieux piège. Le plus gros du travail de préparation de l’opinion était donc déjà fait et, le président de la République pouvait convoquer sa « réunion d’urgence » pour annoncer son plan de « guerre » à l’opinion, à l’autorité religieuse suprême de Touba surtout.

Pour Macky Sall donc, il faut : « Interdire pour une durée de 30 jours toutes les manifestations publiques sur l’ensemble du territoire national », « supprimer temporairement l’accueil des bateaux de croisière, renforcer systématiquement les contrôles sanitaires au niveau des frontières terrestres, aériennes et maritimes », « suspendre les enseignements dans les écoles et universités pour une durée de trois semaines, à compter du lundi 16 mars 2020 », « renforcer la protection des personnels de santé, de sécurité, de défense et de secours mobilisés », « suspendre les formalités nationales liées au pèlerinage pour l’année 2020 aux lieux saints de l’Islam et de la chrétienté ».

Toutes les frontières restent ouvertes. Là où le bât blesse : le chef de l’Etat n’a pas jugé nécessaire de faire suspendre les vols provenant des pays où sévit gravement l’épidémie, contrairement à d’autres pays comme le Maroc ou les Etats-Unis qui ont osé cette mesure pour ainsi dire, « combattre le mal par la racine ». En lieu et place, Macky Sall s’est contenté du « renforcement des contrôles au niveau des frontières terrestres et maritimes », comme du reste il l’avait « vivement recommandé » au début de la propagation de l’épidémie du coronavirus. Or, malgré ce « renforcement » – allez savoir comment cela se passe à l’AIBD –, le virus a pu échapper à tout contrôle, à toute détection.

Si bien qu’en dehors des personnes qui ont été en contact direct avec le dernier patient recensé à Touba et venu d’Italie, tous les autres cas confirmés viennent de l’extérieur ; il s’agit de cas importés de France et, d’Italie surtout. Alors la première mesure de prévention, qui sied « avant que le renard ne finisse le poulailler », c’est la fermeture de nos frontières aériennes, terrestres et maritimes à tout moyen de transport et à toute personne venant de pays fortement contaminés comme l’Italie d’où justement nous vient le “Patient de Touba” qui, à lui seul, a contaminé une quinzaine de personnes. Interdire les vols en provenance de ces pays et leur fermer les deux autres frontières, serait d’ailleurs une suite logique de la décision de Macky Sall de ne pas rapatrier les 12 étudiants sénégalais de Chine.

L’autre mesure cohérente, si tant est que le comité national de gestion des épidémies craint une propagation exponentielle du virus dans la ville sainte de Touba, serait de mettre le quartier Darou Marnane en quarantaine. Il fallait en somme, envisager l’« isolement » de Touba, en partant de Darou Marnane et, de facto, interdire la circulation des transports en commun qui quittent ou rallient la ville sainte. En faire autant également, pour les prières du vendredi, aussi bien à Touba qu’à Dakar où les moyens de transport public sont potentiellement des moyens de propagation par excellence.

Mais, ces mesures, évidemment, sont loin d’être envisageables si l’on sait que les autorités sanitaires elles-mêmes considèrent que l’évolution « mathématique » de la maladie peut sembler « alarmante » mais, « ne l’est pas en réalité », à leur niveau. Elle resterait d’ailleurs correcte « tant que les cas déclarés positifs restent dans le lot des 71 personnes contacts recensées à Touba ».

Tout ceci pour dire que la gestion d’une crise, à un niveau si élevé que celui de l’Etat, devrait commencer par refuser tout suivisme et refouler toute passion, celle des masses surtout qui commande de “faire comme les autres”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer