MONDE
A la Une

TROIS ANS APRES : Des gambiens réclament Jammeh

Nostalgie ? Besoin de plus de sécurité comme le disent certains ? Quête d’un mieux-être ou manipulations ? Les interrogations sont de plus en plus soutenues après la manifestation des quelques milliers de gambiens réclamant le retour de l’ancien président Yahya Jammeh au pouvoir. Cette demande est d’autant plus surprenante que le prédécesseur du président Adama Barow a quitté le pouvoir il y a juste trois ans. Depuis la Guinée équatoriale où il passe un “exil” plutôt correct, depuis janvier 2017, Yahya Jammeh n’a cessé de clamer son amour pour ce pays qu’il a participé à “redresser”, affirment des manifestants.

Si le 21 janvier 2017, il a été accompagné à l’aéroport juste par une poignée de militants et sympathisants, l’ancien chef d’Etat gambien a eu droit, ce vendredi 17 janvier, à une mobilisation jamais égalée en sa faveur, depuis son départ.

Agé de seulement 54 ans, le « Babili Mansa », surnom mandingue de Yahya Jammeh qui signifie « le bâtisseur », peut laisser la nature agir et lui redonner sa place au grand bonheur des gambiens. « Il a construit des hôpitaux, des routes. Il a amené la télévision. C’est pour cela que je le soutiens. Il a travaillé », estiment de nombreux gambiens, aujourd’hui “épuisés” par les trois ans de règne du président Adama Barrow.

Officier de l’armée gambienne, prenant le pouvoir par un coup d’État en 1994, puis élu et réélu, Yahya Jammeh a été contraint à l’exil en Guinée Équatoriale en janvier 2017, cédant à une intervention militaire africaine après avoir rejeté sa défaite à la présidentielle face à l’opposant Adama Barrow.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer