MONDE
A la Une

TRAITEMENT À L’artemisia : Le « oui mais », de l’OMS

Très en vedette ces dernières semaines en Afrique surtout où elle a la réputation de guérir le COVID-19, l’artémisia revient encore au devant de la scène à travers un communiqué de l’Organisation mondiale de santé (OMS). Et, il faut dire que l’OMS semble plutôt lâcher du lest par rapport à cette plante quand elle part d’abord d’une certaine reconnaissance du développement de la médecine traditionnelle en Afrique qui selon elle, « recèle de nombreux bienfaits ». Toujours selon l’organisation chargée de gérer la santé publique dans le monde, le continent a « une longue histoire de médecine traditionnelle et de tradipraticiens de santé qui jouent un rôle important dans les soins aux populations ».

Néanmoins, tempère l’OMS, il est essentiel « d’établir » l’efficacité des traitements qui sont issus de la pratique traditionnelle et de la nature. « Il est primordial d’établir leur efficacité et leur innocuité grâce à des essais cliniques rigoureux », précise l’organisation qui reconnait tout de même que « des plantes médicinales telles que l’Artemisia Annua sont considérées comme des traitements possibles de la Covid-19 ». Pour l’OMS, « les Africains méritent d’utiliser des médicaments testés selon les normes qui s’appliquent aux médicaments fabriqués pour les populations du reste du monde ». Ainsi, recommande-t-elle pour la plante utilisée dans la tisane « COVID-ORGANICS » malgache, « des essais » pour en évaluer (l’)efficacité et « déterminer » les « effets indésirables ».
Dans cette optique, l’OMS révèle qu’elle oeuvre « de concert avec les instituts de recherche pour sélectionner les produits issus de la pharmacopée traditionnelle sur lesquels des investigations peuvent être menées afin de déterminer leur efficacité clinique et leur innocuité dans le traitement de la Covid-19 ». « En outre, l’Organisation mondiale de la Santé continuera de prêter son assistance aux pays au moment où ils analysent le rôle que les tradipraticiens de santé jouent dans la prévention, l’endiguement, la détection précoce du virus et l’orientation-recours des cas vers les établissements de santé », lit-on encore dans le communiqué.

Disant accueillir « favorablement les innovations à travers le monde, y compris le recyclage des médicaments, des produits issus de la pharmacopée traditionnelle et la mise au point de nouvelles thérapies dans le cadre de la recherche de traitements potentiels de la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) », elle fait remarquer que « les pays ont été invités à effectuer des recherches pertinentes et à demander aux autorités nationales de réglementation pharmaceutique à approuver les médicaments conformément aux normes internationales, qui préconisent notamment que le produit suive un protocole de recherche strict et soit soumis à des tests, ainsi qu’à des essais cliniques ».

Toutefois, prévient-elle « au moment où des efforts sont faits pour trouver un traitement au Covid-19, la prudence doit rester de mise pour ne pas verser dans la désinformation, particulièrement sur les médias sociaux, au sujet de l’efficacité de certains remèdes. De nombreuses plantes et substances sont proposées alors qu’elles ne répondent pas aux normes minimales de qualité, d’innocuité et d’efficacité et qu’aucun élément factuel n’atteste du respect de ces normes ». « L’utilisation de produits destinés au traitement de la Covid-19, mais qui n’ont pas fait l’objet d’investigations strictes, peut mettre les populations en danger et les empêcher d’appliquer des mesures telles que le lavage des mains et la distanciation physique qui pourtant sont des éléments cardinaux de la prévention du Covid-19. Cela peut aussi accentuer le recours à l’automédication et accroître le risque pour la sécurité des patients », ajoute l’OMS.

En attendant, le COVID-ORGANICS, tisane préparée à base d’artémisia continue d’être utilisé et « fait des résultats » à Madagascar qui a également décider d’en faire bénéficier les autres pays du continent africain. Gratuitement.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page