MONDE
A la Une

AGRESSIONS CONTRE L’ISLAM : Sonko gifle Macron et son allié sadouien

Il est l’un des rares pour ne pas dire le seul homme politique à avoir affiché une position claire et sans ambages pour défendre les valeurs de l’Islam et répondre au président français Emmanuel Macron dans l’affaire des caricatures du prophète de l’Islam. Ousmane Sonko, puisque c’est de lui dont il s’agit a réagi à travers sa page facebook et, n’a pas épargné la France “institutionnelle”. “Chaque jour qui passe, la France institutionnelle agresse les valeurs de l’islam, sous le prétexte de lutter contre le terrorisme qu’elle a contribué à alimenter en déstabilisant la Libye et en soutenant des dictatures. C’est cette France hautaine et moralisatrice qui fait aujourd’hui face à un monde musulman (sans son allié saoudien) las de son discours et de ses actes hostiles”, a notamment écrit le leader de PASTEF/Les patriotes.

Auparavant, Ousmane Sonko qui s’est posé la question de savoir si (la France) veut “contre le terrorisme ou contre les valeurs de l’Islam?” n’a pas manqué de rappeler pour s’en désoler de la “Loi contre les “séparatismes”, des “menaces à la liberté des femmes qui choisissent de porter le voile”, de la “fermeture des lieux de vente du halal”, de l'”interdiction de la polygamie”, ou encore du “soutien aux caricatures de la figure sacrée du prophète Mohamed (PSL)”. Toutes choses qui poussent le leader du PASTEF à décréter : “Les actes que pose le gouvernement français ne nous rassurent pas quant à l’objectif affiché et unique de contrer le terrorisme”. Or, ajoute Ousmane Sonko, “Le président Macron devrait comprendre que nous pouvons tous, toutes obédiences confondues, gagner la guerre contre les extrémismes, qui ne sont pas qu’islamistes, mais la guerre contre l’Islam est une guerre perdue d’avance pour ceux qui comptent s’y engager”.

Enfin, conclut l’honorable député : “Le Khalif (des Niassène, ndlr) Cheikh Mahi Niass l’a bien rappelé au nom de tous les croyants du Sénégal”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer