MONDE
A la Une

ARTEMISIA : Prête à accompagner Madagascar, l’OMS revient à de meilleurs sentiments

Après les avertissements et autres mises en garde contre l’utilisation du COVID-ORGANICS malgache, l’organisation mondiale de la santé (OMS) semble revenir à de meilleurs sentiments par rapport l’utilisation de cette tisane faite à base d’artémisia qui, selon les autorités malgaches, présente des vertus thérapeutiques et préventives contre le coronavirus. Mieux, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS qui s’est entretenu avec le président malgache Andry Rajoelina, lui a promis de signer une “clause de confidentialité” sur la formulation du COVID-ORGANICS et d’appuyer le processus d’observations cliniques qui s’étendra en Afrique.

Ce mardi 19 avril, le président malgache poursuivait ses “consultations” avec ses homologues africains qui s’intéressent à la tisane malgache. C’est ainsi qu’il s’est entretenu son homologue haïtien, Jovenel Moïse qui n’a pas manquer de “saluer la gestion malgache” de la pandémie à COVID-19. Pour sa part promet Andry Rajoelina, Madagascar va envoyer du CVO COVID-ORGANICS et favoriser une collaboration entre les comités scientifiques des deux pays. “La relation Afrique-Caraïbes est au cœur de notre démarche de coopération sud-sud”, a annoncé le chef de l’Etat malgache sur twitter.

Andry Rajoelina qui annonçait que “le seul problème du COVID-ORGANICS c’est qu’il vient de l’Afrique”, est sans doute en train de remporter une véritable bataille de reconnaissance en attendant de prouver l’efficacité de cette potion faite à base d’artémisia dont il chante les vertus.
Plus ou moins soutenu par ses pairs africains – le produit a été convoyé en Guinée Equatoriale, au Tchad et en Guinée Bissau notamment, pour le comte des pays de la CEDEAO – et avec cet “alignement” de l’organisation mondiale de la santé, il vient de signer une belle victoire d’étape.

Quant à l’OMS, son directeur général devra s’efforcer à éteindre un autre foyer beaucoup plus ardent, ravivé par l’ultimatum du président américain Donald Trump qui donne à l’organisation onusienne 30 jours pour procéder à des “améliorations” majeures de sa politique de santé et de sa gestion des crises.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer