ECONOMIE
A la Une

SIAGRO 2022 : La Production locale mise en valeur pour une autosuffisance alimentaire

Le salon international des industries et techniques agro-Alimentaires a ouvert ses portes hier au CICES après une pause de deux (02) ans due à la pandémie de covid19. Le thème choisi pour cette 12ème édition est la relance de l’Agro-industrie pour une autonomie alimentaire.

C’est dans un contexte mondial particulier que se tient le SIAGRO avec le conflit Russo-Ukrainien. Dans un tel contexte, il est primordial d’accentuer la recherche qualité dans l’agro-alimentaire pour permettre le développement des industries locales. Avec le projet de l’USAID qui a pour objectif d’améliorer la qualité des aliments dans nos pays, ceci semble possible. Selon Matar Thiam, « Senior Adviser du programme BD4fS », ce projet va permettre à notre pays de pouvoir se relancer et combler les pertes dues aux manques de conservation. « Le contexte actuel de la guerre en Europe montre bien la qualité de nos aliments localement. Ce projet BG4F de l’USAID a pour objectif d’améliorer la qualité sanitaire des aliments dans nos pays particulièrement le Sénégal, de promouvoir aussi l’exportation agro-alimentaire auxquelles. Nous faisons face régulièrement à des pertes qui pourraient être utilisées par nos propres populations. C’est dans ce cadre que l’USAID a mis en place un programme d’amélioration de la qualité sanitaire des aliments, qui étaient jusqu’ici orienté vers l’exportation. Nous avons choisi le maillon local pour aider les entreprises que nous sponsorisons qui sont, aujourd’hui, présentes dans ce salon ».

Mieux, valoriser la qualité comme outil de marketing

Toujours selon Matar Thiam, ce projet va aider les entreprises dans le développement sanitaire dans cinq (05) chaines de valeurs : la viande, le poulet, les produits agricoles transformés, le lait et, tout ce qui est frais comme produit alimentaire. « Nous essayons, à travers un certain nombre d’entreprises, à asseoir une politique sanitaire à l’intérieur de leurs de entreprises et aussi à les aider à rentrer sur le marché avec cette approche d’amélioration de la qualité sanitaire. L’autre aspect aussi c’est favoriser les investissements et la création d’emplois dans ces secteurs, notamment, dans la chaine de froid, dans l’emballage et, le stockage des produits qui font défaut pour la plupart des produits alimentaires dans notre pays. Dans ce cadre, nous travaillons avec le gouvernement pour développer un dialogue public-privé qui peut aider les acteurs à améliorer la règlementation, à accéder au « FRA », au numéro d’immatriculation, pour pouvoir développer une culture locale au niveau des consommateurs, des producteurs, pour avoir des produits de meilleure qualité dans notre pays », explique-t-il encore.

Plus 100 entreprises du secteur agro-alimentaire représentées

A la suite de M. Matar Thiam, M. Ousmane Mbaye, secrétaire général du ministère de l’élevage et des productions animales a magnifié cette journée qui sert à promouvoir l’agriculture et l’élevage pour le consommer local. « J’ai eu l’honneur de présider l’ouverture pour le ministre chargé de l’élevage et des productions animales et son homologue de l’Agriculture. Après deux ans sans organiser ce salon, du fait de la Covid19, cela nous a permis de plus favoriser la production locale. De plus, l’Etat a mis en place une politique agricole permettant aux producteurs locaux de faire face à la crise sanitaire qui n’a épargné aucun pays. Une stratégie permettant de soutenir le secteur en passant par le PAD2 a permis de supporter les changements au niveau des prix dans le monde. Et cette guerre en Ukraine va avoir des conséquences, surtout les produits venant de la Russie à savoir le blé, principal composante pour le pain. Comme vous le savez, l’Etat a renoncé aux taxes de 5% sur le maïs, mais en retour, cela doit être senti par les producteurs et les consommateurs. Lors du dernier conseil des ministres, le chef de l’Etat a donné des instructions pour que nos services puissent voir comment redynamiser les programmes dédiés à l’agroalimentaire et, je pense que les choses sont en bonne voie. Nous allons vers le consommer local qui profite aux producteurs locaux mais aussi à des coûts moindre pour la population », a indiqué Ousmane Mbaye.
Le salon international de l’industrie technique de l’agro-alimentaire va se poursuivre jusqu’au 18 mars 2022 au CICES.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page