ECONOMIE
A la Une

“Pour chaque cycle d’étude, Mansour Kama offrait discrètement la bourse complète à une vingtaine d’étudiants” (Dr Chérif Salif Sy)

Les témoignages se succèdent et se ressemblent pour saluer la mémoire du défunt président de la confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Kama, décédé ce dimanche 2 août à l’hôpital Aristide Le Dantec. Du président de la République au ministre du travail, en passant par l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko ou encore Serigne Mbaye Thiam, de nombreuses voix se sont élevées pour évoquer des souvenirs avec cette grande figure du patronat sénégalais, également décrite comme un discret bienfaiteur.

Mais le témoignage de l’économiste Chérif Salif Sy marquera sans doute les esprits. En effet, selon cet ancien ministre conseiller technique du président Abdoulaye Wade, chargé des questions économiques, Mansour Kama était un grand soutien pour de nombreux étudiants. “Pour ce que j’en sais : pour chaque cycle d’étude, il prenait en charge une vingtaine d’étudiants (de la Licence à la Maîtrise) à qui il offrait la bourse complète dans la plus grande discrétion !”, a notamment écrit le docteur Chérif Salif Sy, sur sa page Facebook où il a partagé et commenté un post rendant hommage au défunt. Dans le même sillage, Mary Tew Niane, ancien ministre de l’enseignement supérieur, a salué la mémoire d’un “ami de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de l’éducation”.

A l’instar du docteur Chérif Salif Sy, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye a également rendu hommage à Mansour Kama. Le président de l’alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT), avec le décès de Mansour Kama, “(…) le Sénégal perd un patriote authentique”. “Fondateur de la CNES, de l’institut sénégalais des administrateurs, figure majeure des Assises nationales, il était de tous les combats pour faire progresser son pays. Paix à son âme”, a écrit Abdoul Mbaye sur twitter.

Pour sa part, le ministre Serigne Mbaye Thiam retient en Mansour Kama “un patriote engagé, un militant du développement, un homme de dialogue, de synthèse et de consensus”. L’ancien secrétaire général de la rencontre africaine de défense des droits de l’homme (RADDHO), ne dit pas le contraire. Réagissant à un tweet, Alioune Tine écrit : “Mansour Kama était parmi les grands patriotes du patronat sénégalais”.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer