ECONOMIE
A la Une

Diourbel : Le prix du pain en hausse

Une malicieuse façon d’augmenter le prix de la baguette de pain ? La question a tout son intérêt dans la ville de Diourbel où, ce samedi 22 février 2020, les boulangers ont unilatéralement décidé produire une miche de pain au « quatrième format » (220 grammes) et de le vendre à 200 francs CFA. Ce format remplace ainsi le format standard (190 grammes) vendu à 150 francs CFA. Cette décision qui semble donner suite à une réunion des acteurs du pain, tenue dans la région de Diourbel dans le cadre du Conseil régional de la consommation, a été très vite corrigée par les services locaux du ministère du commerce. pour consacrer un quatrième format de pain dans la région de Diourbel.

Dès ce dimanche, « la production du format standard est obligatoire. On va surseoir à la production de l’autre format jusqu’à ce que le gouverneur nous convoque et que l’on discute des modalités de sa mise en œuvre », a déclaré le commissaire aux enquêtes économiques, Amadou Touba Niane. Ainsi, cette hausse du prix du pain, pourrait être effective dans les prochaines semaines si le représentant de l’Etat donne son feu vert aux boulangers qui pourraient alors produire le format 220 grammes. Pour le moment, insiste le commissaire aux enquêtes économiques, « il n’y a aucune hausse du pain ». « Seuls les boulangers de la commune de Diourbel se sont aventurés dans ce forcing à travers une entente qui est interdite en matière de concurrence », a notamment précisé Amadou Touba Niane.

Le représentant du ministère du commerce qui s’est voulu rassurant, estime que les auteurs de cette « hausse » ont voulu « tester la force de frappe de l’Etat ». « Diourbel commune s’est singularisée dans ce jeu. Touba, Mbacké et Bambey n’en font pas partie. C’est une farce de mauvais goût, une tentative de forcing qui ne passera pas », prévient le commissaire aux enquêtes économiques.

Déjà, le service régional du commerce de Diourbel a multiplié les sorties dans 15 des 25 boulangeries de la commune qui se sont adonnées à cette pratique de « prix illicite. « J’ai saisi plus de 83 sacs de farine pour une valeur monétaire de plus de 1 million 400 mille francs CFA et le contentieux est ouvert individuellement contre chaque boulanger ayant procédé à la substitution de ce format », a déclaré le commissaire Niane qui a invité les boulangers à déférer à la convocation de son service, sinon ils seront entendus par le procureur de la République.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page