ECONOMIE
A la Une

COVID-19 : Macky minimise les 641 millions du secteur privé

Un vaste plan de riposte a été lancé par le chef de l’Etat sénégalais pour faire face à la menace du coronavirus au Sénégal. Ce plan comporte un pan important de mobilisation de ressources destinées à atténuer l’impact de la maladie et relancer. Appelé Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du COVID- 19 (FORCE-COVID-19), il sera doté de 1000 milliards de FCFA issus d’un financement de l’Etat et de toutes les bonnes volontés, pour soutenir les entreprises et les ménages sans oublier, naturellement, les couches les plus vulnérable et les sénégalais de la Diaspora.

Donnant suite à l’appel du chef de l’Etat, le secteur privé sénégalais a décidé d’apporter sa contribution financière. Celle-ci, s’élèverait à 641 millions de francs CFA si l’on en croit nos confrères du journal L’Observateur qui l’ont annoncé dans leur édition de ce jeudi 26 mars. Mais, toujours selon nos confrères, qui parlent d’une “aumône”, le montant de la contribution du secteur privé sénégalais a réveillé une colère noire chez le président de la République. Macky Sall trouverait la somme modique, bien en deçà de ses attentes. Selon la même source, le chef de l’Etat aurait d’ailleurs dit toute sa déception par rapport à cette contribution devant ses ministres réunis hier en Conseil. “Il faut qu’ils assument leurs responsabilités sociétales d’entreprise. Maintenant s’ils refusent de le faire, l’État prendra toutes ses responsabilités”, aurait commenté le président Macky Sall.

Des menaces qui si elles sont avérées, vont sans doute soulever une vague de polémiques et une vive réaction du secteur privé sénégalais qui a toujours dénoncé sa mise à l’écart dans les projets de l’Etat et la commande publique, au bénéfice d’entreprises étrangères.

Pour rappel, à ce jour, de nombreux sénégalais, ont apporté leurs contributions financières pour soutenir le Ministère de la Santé dans la lutte contre le coronavirus. Le khalife général des Mourides a été le premier à ouvrir les vannes avec un chèque de 200 millions de francs CFA libellé au nom du centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS).

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer