ECONOMIEMONDE
A la Une

AUTOMOBILE : Le mariage PSA et Fiat-Chrysler donne naissance à Stellantis

Lundi 4 janvier 2021. Date repère dans l’histoire du monde automobile. Après plusieurs semaines de négociations, les principaux actionnaires des Fiat Chrysler et PSA Automobiles ont fini par approuver le projet de fusion entre les deux groupes. Scellé au grand bonheur de Carlos Tavares, l’emblématique patron de PSA, ce mariage va donner naissance au 4e groupe automobile mondial : Stellantis.

Elle devrait regrouper plus de 400 000 salariés à travers le monde. En termes de chiffres, l’union PSA et Fiat-Chrysler devrait engendrer un volume de ventes de près de 8 millions de véhicules en 2019, soit avant la crise sanitaire liée à la COVID-19. Ambitieuse, la toute nouvelle entité, nommée Stellantis, va abriter sous le même toit 14 marques connues dont Jeep, Peugeot, Alfa Romeo, Fiat ou encore Maserati.

D’après nos confrères de RFI, si aucune fermeture d’usine n’est prévue, “ce rapprochement devrait permettre aux deux groupes de faire des économies : environ 5 milliard d’euros par an, en réduisant leurs coûts de développement et de construction”.

En outre, cette nouvelle alliance permettra à Fiat-Chrysler de renforcer sa présence européenne, notamment en profitant de la bonne implantation de PSA sur le vieux continent. Pour sa part, grâce à son nouveau partenaire, PSA a toutes les cartes pour réussir une belle réimplantation au pays de l’oncle Sam.

Toutefois, si la fusion entre les deux groupes a obtenu le feu vert de la Commission européenne en fin décembre, elle ne l’a pas été sans conditions. Au contraire. Les deux groupes se sont en engagés à “respecter la concurrence sur le marché européen des camionnettes utilitaires légères, où ils sont déjà très présents”.

Entre consécration et revanche

Carlos Tavares qui travaille durement à cette fusion depuis plusieurs se voit aujourd’hui récompensé. En effet, l’actuel patron de PSA prendra les commandes de la nouvelle entité. Et s’offre ainsi une sorte de revanche sur son prédécesseur. Numéro 2 de Renault avant d’être congédié, le franco-portugais accomplit le rêve du dirigeant déchu en formant un géant mondial de l’automobile. Mieux, cette belle opération sonne aujourd’hui comme le point d’orgue d’une carrière jalonnée d’autres succès industriels qui passe du redressement de PSA à l’intégration d’Opel.

Les défis restent néanmoins immenses ! Carlos Tavares parviendra-t-il à réaliser la transformation industriel de Fiat tout en réalisant les synergies annoncés et sans fermer une seule usine ? La question est ouverte.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer