CULTURE
A la Une

HOMMAGE À FEU BABACAR TOURÉ : Abdou Latif Coulibaly explique pourquoi il n’a pas écrit

Ils sont sans doute nombreux ceux qui s’attendaient à un témoignage écrit par Abdou Latif Coulibaly pour rendre hommage à feu Babacar Touré avec lequel il a longtemps cheminé au sein du Groupe Sud Communication. Mais, ils devront prendre leur mal en patience. L’ancien ministre de la culture n’a pas pu aller au delà d’un paragraphe quand il a essayé de coucher sur du papier, quelques épisodes de ce long parcours parsemé d’anecdotes et riche en expérience de la vie.

Et, c’est à travers sa page Facebook que le concerné l’a fait savoir avant de s’en excuser. “Bonjour à tous. Moins de 24 heures après la mise en terre de mon frère Babacar Touré, je confesse que beaucoup d’amis m’ont dit qu’ils ont en vain cherché dans tous les supports un hommage rédigé par moi à la gloire de cet illustre disparu. J’ai essayé mais je n’ai pas pu. Je n’ai jamais pu aller au-delà d’un paragraphe j’ai alors renoncé. J’ai compris que je n’y arriverai pas maintenant. Je me souviens, lui-même, à la plume pourtant si brillante et féconde, m’avouera ses peines à écrire une ligne pour rendre hommage à un être qui lui était très cher. Il y renonça”, a d’abord expliqué l’ancien directeur de l’institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (ISSIC).

L’auteur de “La République abîmée (2011)” pourtant si prolixe estime que ses amis et ceux qui le suivent à travers les réseaux sociaux, pourront le “comprendre”. Car, justifie Abdou Latif Coulibaly : “(…) Je lui (Babacar Touré) dois plus qu’un hommage furtivement rendu”.

En attendant de rendre à celui qu’il appelait affectueusement Babacar, Abdou Latif Coulibaly confirme un témoignage unanime sur le défunt. Il dit : “Un homme dont la vie a été consacrée, comme chacun de nous le rappelle, depuis l’annonce de sa disparition et avec justesse, à notre idéal commun d’une presse professionnelle qui reçoit le respect qu’elle donne”.

La suite pour bientôt sans doute.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer