Actu Stars
A la Une

« Certains joueurs ne pouvaient pas regagner leurs chambres », D. Boateng parle des maux de la magie noire dans foot Ghanéen

Au Sénégal, l’ancien international Sylvain Ndiaye a longtemps été désigné comme une « victime » de pratiques mystiques qui auraient réduit ses performances en équipe nationale.

Les pratiques de magie noire sont souvent évoquées dans le football africain lors des compétitions internationales. Plus que de simples pratiques mystiques, la magie noire, qui utiliserait un arsenal encore plus dangereux, serait souvent à l’origine de la chute brutale de nombreuses carrières de jeunes talents de footballeurs du continent.
L’ancien international Derek Boateng qui a été interrogé par l’APS à ce sujet parle des « effets néfastes » de ces pratiques mystiques chez les « Blacks stars » du Ghana, pourtant souvent considérés comme « les brésiliens » d’Afrique du fait de leur système de jeu.

A entendre cet ancien milieu de terrain de l’équipe nationale du Ghana, la magie noire, encore appelée « juju », est « une pratique courante au sein de l’équipe nationale masculine senior de football du Ghana ». « J’avais des coéquipiers qui recouraient au ‘juju’ », s’est-il rappelé avant de confesser : « Certains joueurs des blacks stars ne pouvaient parfois même pas regagner leurs chambres à cause des odeurs qui s’en dégageaient ».

« Encouragé » par Gyan Asamoah, Derek Boateng qui dit avoir été « obligé » de dire à ses coéquipiers ce qu’il avait à cœur : « qu’on arrête de tirer la couverture » de son côté et de (mieux) « penser à l’équipe ».

Toujours selon Derek Boateng, le recours à la magie noire a ruiné la participation des « Blacks stars » du Ghana lors de l’édition 2013 de la coupe d’Afrique des nations (CAN) en Afrique du sud.

« Nous sommes tous ici pour défendre le Ghana ; tout devrait être fait pour que l’équipe gagne le match. On ne doit rien faire pour détruire un joueur, pour prendre sa place », a rappelé Boateng, en souvenance du discours qu’il avait tenu à l’époque devant ses coéquipiers.

Pour étayer ses propos, l’ancien international ghanéen rappelle qu’en 2012, l’alors sélectionneur du Ghana, Goran Stevenovic, avait appelé la fédération ghanéenne de football à mettre fin à de telles pratiques. Pour Boateng, « certains joueurs comptaient sur la magie noire pour être titulaires ».
Né le 2 mai 1983 à Accra, Derek Boateng a débuté sa carrière professionnelle en 1998. L’année suivante, le jeune milieu offensif ghanéen a participé à la coupe du monde des moins de 17 ans en Nouvelle-Zélande. Le Ghana fut battu aux tirs au but par le Brésil en demi-finale. Finaliste
de la coupe du monde des moins de 20 ans en 2006, Derek Boateng a terminé sa carrière pro en 2017 avec le club grec OFI Crète.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page